Belle Année 2015

Vœux de bonne année

Belle année à toi, voyageur de la toile,
Très bienvenue à toi qui viens lire ces mots,
Car même si je ne te connais pas,
Même si tu ne me connais pas,
Je t’aime,
Oui, je t’aime,
Car nous sommes frères ou sœurs de conscience.
Je suis un chat, une conscience,
Tu es un deux-pattes, une conscience toi aussi,
Tu aimes les mots, tu aimes la vie,
C’est pourquoi tu es ici,
Parce que tu te questionnes, parce que tu doutes, parce que tu cherches,
Parce que tu es vivant,
Parce que tu aimes
La vie, l’instant, les questions, le sens et le non-sens,
La chair, l’amour, l’enfance,
Et c’est pourquoi je te tutoie.
En ce septième jour de l’année 2015, je te souhaite :
Du temps pour découvrir mon œuvre,
Des ailes pour tes rêves
De la volonté pour la réalisation de tes désirs profonds
Des rencontres qui donnent richesse et sens à ta vie
Des aurores de printemps
Des crépuscules d’été
Des surprises, grandes et petites, qui te grandissent,
La force de résister aux tentations inutiles, aux relations toxiques, à tout ce qui te nuit,
La force d’aimer et d’accepter l’amour, et surtout
Surtout
Je te souhaite d’être dans cette quête merveilleuse qui est la base de la vie,
Je te souhaite d’être toi-même.

Déclaration de bonnes intentions

Au début de chaque année, tous les deux-pattes prennent de bonnes résolutions et s’engagent, dans leur intimité, à accomplir telle ou telle action, ou à ne plus céder à telle ou telle tentation. Vous entendriez le mien, quand il se croit seul (alors qu’il est avec moi !) et qu’il déclare à haute voix : cette année 2015, je ne fais plus ceci (je ne vous révèle pas ce que c’est, il s’agit tout de même de son intimité !). Tu peux être certain, ô lecteur mon ami, qu’au moins une, sinon plusieurs, fois dans cette année 2015, il cédera à nouveau à la tentation et recommencera. Je suis prêt à prendre les paris… à Paris, et en cette année 2015 !
Même si elles ne sont pas réalisées, ces déclarations sont importantes pour les deux-pattes, cela donne du sens à leur vie. C’est d’ailleurs la seule chose qui soit intéressante dans la vie des deux-pattes : mettre du sens. Parfois, ils le font en dépit du bon sens, mais ils le font. Ils vont s’engager dans une cause dite humanitaire aussi bien que dans la destruction de l’autre avec la même fougue, la même passion. L’un, qui sauve des vies en affrontant la tempête, pourra, le lendemain, assassiner froidement (ou non) les mêmes personnes sauvées la veille.
Nous autres chats (et pas seulement les chats ! nombreux sont ceux, parmi la gent quatre-pattes, qui s’interrogent sur cette anomalie des consciences deux-pattes) nous sommes souvent demandés comment vous pouviez être aussi velléitaires dans vos intentions, et dans l’accord avec la vie même. Je sais bien que tous les deux-pattes ne sont pas comme ça. Tu es un contre-exemple évident, ô lecteur, puisque tu me lis. Mais vos dirigeants agissent ainsi et, d’une manière générale, tout deux-pattes placé en situation de toute-puissance.

Déclaration de paix

Une guerre se développe sous nos yeux, entre la bêtise et l’intelligence, chez les deux-pattes. Cette guerre a lieu en chacun d’entre eux. Dans ce combat de chaque jour, il n’y a pas deux camps distincts, avec les méchants d’un côté et les gentils de l’autre. Il y a une lutte de tous les instants, en chacun, contre le matraquage, contre tout ce qui nie la valeur inestimable de la vie, contre tout ce qui éloigne de la raison.
Aujourd’hui 7 janvier de cette année 2015 a eu lieu un attentat épouvantable au siège d’un journal satirique, Charlie-Hebdo : des deux-pattes cagoulés, masqués, cachés, sont venus assassiner des dessinateurs, des créateurs de rêves, des ouvreurs d’imaginaire. D’un côté la noirceur, la négation de la vie, des soudards armés de lance-roquette et de kalachnikovs (aux dires des témoins), de l’autre, les victimes, des créateurs de lumière. Cet événement me fait rajouter ce paragraphe en mémoire.
En tant que chat, je ne peut qu’en appeler à la lumière et à la vie, et exprimer ici ma profonde tristesse.

A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *