2O14

Bienvenue en 2O14

Bienvenue à toi, qui voyages sur la toile, Très bienvenue à toi, qui viens lire ces mots, Car même si je ne te connais pas, Même si tu ne me connais pas, Nous sommes frères de conscience, Je suis un chat, une conscience, Tu es un deux-pattes, une conscience toi aussi, Tu aimes les mots, tu aimes la vie, C’est pourquoi tu es ici, Parce que tu te questionnes, parce que tu doutes, parce que tu cherches, Parce que tu es vivant, Parce que tu aimes La vie, l’instant, les questions, le sens et le non-sens, La chair, l’amour, l’enfance, Et c’est pourquoi je te tutoie. En ce premier jour de l’année 2O14, je te souhaite : Du temps pour découvrir mon œuvre, Des ailes pour tes rêves De la volonté pour la réalisation de tes désirs profonds Des rencontres qui donnent richesse et sens à ta vie Des aurores de printemps Des crépuscules d’été Des surprises, grandes et petites, qui te soient bonnes, Des « o » comme « ouverture » en place des zéros (« 0 »), La force de résister aux tentations inutiles, aux relations toxiques, à tout ce qui te nuit, La force d’aimer et d’accepter l’amour, et surtout Surtout Je te souhaite d’être toi-même.

Remarques

Tu auras remarqué, ami lecteur, qu’en lieu et place de 2014, j’ai écrit 2O14, remplaçant en cela le « 0 » par un « O », un chiffre par une lettre. Il s’agit là d’un clin d’oeil à Haruku Murakami, qu’affectionne particulièrement mon deux-pattes, mais aussi d’un déplacement symbolique.

Haruki Murakami

Sa trilogie 1Q84 a amplifié encore la notoriété de cet auteur que j’avais découvert avec Les Chroniques de l’oiseau à ressort. Comment son destin peut basculer sur un détail, un plat de pâtes trop cuites par exemple… Murakami entrecroise ses interrogations entre fantastique et réalité.

De 2014 à 2O14

De même que le deux-pattes soumis à une addiction peut s’en libérer par un déplacement intérieur imperceptible, de même le remplacement d’un « 0 » par un « O » peut faire basculer la vie sur un autre plan d’existence. Au « 0 » qui mène au néant, j’ai substitué le « O » qui induit l’ouverture et l’onirisme. Que cette année 2O14 te soit belle et favorable, ô lecteur (Quels que soient l’heure et le jour où tu liras ces mots) !

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 réponses à 2O14

  1. catimini dit :

    De la force, des ôms
    Des mots
    Pour vaincre les maux

    Je te souhaite une belle année, ami félin

    Cat’imini

  2. valia dit :

    Être soi même, tout un programme… Écrire sur la toile ou sur un coin de table pour tenter de se trouver… objectif 2014 !

    • Eschylle dit :

      Tout d’abord, merci pour ce commentaire juste et profond !

      « Tenter de se trouver »… N’est-ce pas l’objectif et l’épreuve de la vie même, de toute conscience ?
      « Tenter », dont l’étymologie renvoie à « sonder une plaie » et dont le premier sens donné par Le Petit Robert 2013 est :

      Faire apparaître par une épreuve la valeur de [qqn]

      Quant à « trouver », ses sens sont éloquents :

      1. Découvrir en cherchant dans l’espace ;
      2. Découvrir, rencontrer, sans avoir cherché ;
      3. [abstrait]Dans l’esprit ou par l’esprit ;
      4. Constater
        1. Voir [qqn, qqch.] se présenter d’une certaine manière ;
        2. Juger ;
      5. Se trouver.

      Tenter de se trouver, n’est-ce pas sonder en son espace intérieur, s’éprouver en se frottant à la vie, par ses rencontres, parfois fortuites et qui font tout le sel de cette existence, n’est-ce pas constater ce que l’on est et se juger à l’aune du chemin parcouru ?
      Pour certaines consciences, cela demande un assouplissement dans ce jugement personnel, pour d’autres exactement le contraire…
      Voilà pourquoi ce « tenter » est si juste…
      Certains dogmes pourraient même considérer que c’est mal (de se trouver ou, du moins, de se chercher).

      Très belle année 2014 à toi, Valia, et encore merci pour ton si beau commentaire.

  3. Assma dit :

    J aimerai bien etre moi meme exprimer ma joie ma tristesse raconter mes reves et mes secret les plus intimes mais……………un eclat de lumiere apparu dans l horizon m a donne un peux d espoir d etre moi meme.

    • Eschylle dit :

      Les mots sont là, présents en chacun. Il suffit d’un crayon, d’un stylo (pour un deux-pattes) ou d’un clavier pour écrire ce qui traverse la conscience. L’écriture éclaire la vie et la conscience de chacun.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *