Immondice

Immondice…

Un verdâtre glaviot, de taille respectable,
S’étalait, excrément, sur le bitume gris.
Comète de gadoue au feu bien amaigri,
Il avait atterri comme on rentre à l’étable.

Qui l’avait craché là ? Était-ce donc le diable ?
Ce machin répugnant, ce truc si vert-de-gris
Qu’il en était saumâtre, d’un esprit rabougri
Exprimait-il un sens au penser pitoyable ?

Le passant, apeuré, détournait le regard.
Méfiant, il craignait un coup de Trafalgar
Tant l’immonde à la bête est presque indissociable.

Certains porteurs de haine aux mots pleins de mépris
Imaginent un monde à l’échine ployable…
Leurs écrits sont crachats car ils n’ont rien compris.

Écrire est l’expression d’un esprit perméable…

Commentaires

Ce qui précède est un sonnet quinzain (tout simplement parce qu’il comporte un vers de plus que le sonnet classique (qui en comprend quatorze)).
Comme je l’avais promis au bas d’un sonnet précédent, Écriture, celui-ci, Immondice, évoque l’ignoble et l’impur dans le genre du sonnet quand celui-là était toute sensibilité et délicatesse.

Une immondice

Le Petit Robert 2013 nous donne la définition suivante de l’immondice :

  1. Chose sale, impureté
  2. Déchets de la vie humaine et animale, résidus du commerce et de l’industrie.

Il donne comme définition d’immondice : détritus, ordure.

Le sonnet

Ce genre d’écriture (le sonnet) est souvent appliqué à des thématiques plus délicates.
Vous pouvez ainsi lire, écrits de ma patte :

Et bien d’autres encore que je n’énumère pas tous ici afin que votre curiosité procède d’elle-même à ses propres recherches. Ah si ! J’aime beaucoup celui-ci : L’Onde d’amour car il me rappelle une nuit mémorable, passée à regarder les étoiles et à explorer l’univers que m’offrait une charmante féline.
Vous souhaitez en savoir plus sur mon approche du sonnet ? N’hésitez pas à me faire part de votre expérience.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Immondice

  1. Ping :Corrosion - Sonnet - Le Carnet de bord d'Eschylle

  2. Ping :Seize Novembre - Sonnet - Le carnet de bord d'Eschylle

  3. Ping :De l'ombre à la lumière - Poésie - Carnet de bord d'Eschylle

  4. Ping :Écriture - Le carnet de bord d'Eschylle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *