De l’ombre à la lumière

Ombre et lumière

Si contempler mène à l’art
Se sentir vivre assouvit
Si j’écris des mots douceur
La violence est en mon cœur
Mes tourments créent un lavis
Que je regarde sans fard.

Quand je vois une souris
La dévorer me submerge
Même si je vois sa peur
Elle fait battre mon cœur
Dans le désir je m’immerge
À tel point que, oui, j’en ris.

La bête immonde est en moi
Comme elle est en toi et toi
Il suffit de le savoir
Sans dégoiser au lavoir
Je suis comme toi et toi
Je cache le monstre en moi.

Je dis des mots âpres sombres
Car tout versant lumineux
Pépiant de chants d’oiseaux
Cache toujours dans son dos
Un abîme empli de gueux
Mettant la lumière à l’ombre.

Il suffit de le savoir
Pour apprivoiser son être
Et admirer la lumière
Que la nature révère
Essayer d’être mon maître
Goûter, toucher, aimer, voir

Et sentir ce parfum d’âme.

Commentaires de l’ombre à la lumière

Si l’ambivalence réside dans tout deux-pattes, elle détermine aussi les consciences. Accepter sa part d’ombre, c’est laisser réfléchir sa lumière. De l’ombre à la lumière, il n’y a qu’un pas qui permet d’apparaître.
En chacun, de l’ombre à la lumière, il peut y avoir passage du prédateur à l’ange.
De l’ombre à la lumière, c’est aussi donner son point de vue en fonction de sa position par rapport au soleil.
De l’ombre à la lumière, pour le sonnet, ce peut être évoquer l’amour ou le sordide crachat.
Dans L’Arc de la lune, Léo passe de l’ombre à la lumière, de la souffrance à l’espérance, de la déstructuration des liens à la réinvention d’une famille. Vous pouvez lire le premier chapitre ici.
Passer de l’ombre à la lumière est le souhait de la plupart des deux-pattes contemporains. Qu’ils n’oublient pas, cependant, combien est brûlante la lumière du soleil.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

8 réponses à De l’ombre à la lumière

  1. Ping :Ville Carton - poème de révolte - Le carnet de bord d'Eschylle

  2. Zoé dit :

    Notre part d’ombre est comme une boue qui tapisse les fonds laissant paraître une surface d’eau claire à la lumière mais au moindre remous elle surgit et c’est le trouble…
    Comment pourrais-je changer ce que je n’aime pas si je refuse de le voir en moi ?
    L’équilibre est une histoire de curseurs. Il m’arrive d’aller chercher ma force dans cette part d’ombre 🙂
    Merci Eschylle pour ce poème
    Très joli le parfum de l’âme…

    • Eschylle dit :

      Oh, que ton commentaire est juste, Zoé ! Cette image de l’eau claire et de la boue est le reflet de tant de deux-pattes. Elle renvoie aussi à cette notion de transparence clamée et déclamée par ceux-là-mêmes qui abusent des consciences naïves (que nous sommes).
      Oui, l’équilibre est une histoire de balance.

  3. Faouzi Saouli dit :

    Enfin ! De la vraie poésie !
    Etonnant que les deux-pattes ne fassent pas mieux !
    Merci Empereur enseignant !!!

    • Eschylle dit :

      Bienvenue en ces terres virtuelles, ami Faouzi Saouli !
      Ne dis pas de mal des deux-pattes, ils font de leur mieux, ils ont besoin d’être encouragés. Quand je pense au mien, le pauvre, il ne sait pas aligner trois mots… sauf quand je l’assiste.
      Que la bonté t’accompagne !

  4. Ping :Prédateurs - Poème d'espoir - Le carnet de bord d'Eschylle

  5. Eleusis dit :

    Il n’est de jour sans nuit,
    mais une lueur dans la nuit,
    devient un incendie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *