Ville Carton

Ville Carton

Toile cirée
Récupérée
Aggloméré
Tout craquelé
Ces quelques murs
Tôle ondulée
C’est pour le toit
Un canapé
Presque du cuir
Bien défoncé
Par trop de sauts
De la marmaille
Qui fait la fête
Quelques bidons
Gardent manger
Passe un camion
Très lentement
C’est trop étroit
Pour se croiser
C’est un village
Construit de bric
Surtout de broc
Où les maisons
Sont en carton
Pour l’eau courante
Le caniveau
Sert à laver
Les doigts de pieds
Et la vaisselle
Passe un étron
Un vieux pigeon
Traîne son aile
Serres fondues
Recroquevillent
Flaques de boue
Jaillit un cri
C’est le voisin
Qui a un grain…

Un souvenir

Pendant deux ans, derrière l’immeuble où habite mon deux-pattes, à Pantin, une communauté rom s’était installée. Leur village était à l’image de cette ville carton. Ce n’était pas le bidonville que chantait Claude Nougaro, c’était la ville carton. Comme ces cartons sur lesquels s’endorment nombre de deux-pattes abandonnés à leur sort dans la rue. En écrivant ce texte, j’ai aussi pensé à cette image rapportée par un ami de mon deux-pattes : une femme, en Haïti, penchée au-dessus du caniveau, nettoyait sa vaisselle. Un étron a surgi, porté par le courant ; la femme l’a laissé passer et a repris son labeur comme si de rien n’était, au sein de sa ville carton.

Pensée

Oui, une pensée à tous les deux-pattes qui vivent dans une misère due à la gloutonnerie d’autres deux-pattes.
Une pensée en cette veille de Noël
Que la paix se répande sur la terre
Que la joie de vivre soit partagée par toutes les consciences
Que les deux-pattes abolissent toutes les barrières de l’incompréhension (en acceptant l’obscur de l’autre), qu’ils acceptent leur ambivalence (noir démon et ange délicat), afin de vivre debout car telle est leur position naturelle
Et qu’ils gardent au cœur l’espoir.
Le rêve est la source des mots qui germent
D’où jaillira cette fleur
Loin de toute ville carton.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *