Écrire le rêve, écrire l’imaginaire

Mon Carnet de bord

Dans ce carnet de bord (web log en anglais, ou blog…), je partagerai mes expériences liées à l’écriture et au rêve dans la vie consciente. L’écriture qui incite au rêve, et celle qui en naît et l’engendre à son tour. Je parle ici du rêve,

construction de l’imagination à l’état de veille, pensée qui cherche à échapper aux contraintes du réel.

(Le petit Robert 2013)

Écrire le rêve, écrire l’imaginaire

Je m’intéresserai donc :

  • à la poésie, dans sa forme concise, ramassée, qui provoque de l’émotion chez le lecteur deux-pattes ;
  • aux littératures dites de l’imaginaire (selon certains deux-pattes soucieux de classification), en particulier la fantasy, mais pas seulement…

je questionnerai aussi :

  • les différentes techniques de l’écrit, depuis la particularité de tel ou tel mot, en passant par la grammaire, jusqu’à la science du récit, car il me semble important d’offrir au lecteur qui le désire la possibilité de connaître les rouages qui mettent en branle et guident l’écriture chez un auteur ;
  • les idées ou remarques nées en toi, lecteur de ce carnet de bord, dès l’instant où elles aborderont ces grands thèmes.

Un questionnement sur le rêve

Pourquoi le rêve ?

Tout simplement parce que mes pérégrinations, comme je l’ai déjà raconté, sont considérées comme relevant du rêve éveillé. Il y a un siècle, si mon deux-pattes avait tenté de publier mes aventures, il eût été, selon toute vraisemblance, arrêté et conduit dans un asile. Aujourd’hui, les deux-pattes, certains d’entre eux tout du moins, en particulier toi qui parcours ces lignes, aiment ces récits qui les évadent de leur quotidien oppressant et parfois brutal.
Je dicte mes souvenirs à mon deux-pattes qui se doit de les retranscrire le mieux possible. J’évoquerai pour vous, pour toi qui aimes, pour toi qui questionnes, les difficultés qu’il a pu rencontrer dans le traitement des nombreuses péripéties auxquelles j’ai été confronté.
Pour ce qui concerne la poésie, l’acte de création pur, et d’autant plus pur qu’il est gratuit, et qu’il se partage par la voix, la voie orale veux-je dire, je vous transmettrai mes propres expériences.

Comment ?

Je ne sais pas encore quelles formes prendront ces articles, ces petites notes, ces expressions écrites d’émotions ressenties, ou ces petits textes écrits pour la circonstance… Je sais que j’aurai à cœur de les partager avec vous, ainsi que mon deux-pattes l’accomplit sur les scènes de slam où je l’envoie.
Ce sera un peu ma scène de slam à moi… Mais au lieu de « spoken words », ce seront des « written words »…

Quand ?

Je m’astreindrai à au moins une publication hebdomadaire. J’alternerai des pages de fantasy avec d’autres consacrées à la poésie. Cela me permettra aussi d’avancer dans la réflexion sur ces formes d’écriture et sur ma manière de les appréhender. Peut-être publierai-je de temps à autres des billets d’humeur sur les deux-pattes ou des critiques sur des œuvres qui m’auront particulièrement touché ? Peut-être y aura-t-il parfois plusieurs articles dans la semaine ? Je laisse la porte ouverte à l’imagination et à la surprise.
Je souhaite que ce lieu soit celui de la réflexion hebdomadaire quant à l’écriture du rêve.
Vous pouvez vous rendre sur ce site consacré à ma gloire pour avoir une idée de mon parcours.

Eschylle, un chat magicien épris de poésie

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

10 réponses à Écrire le rêve, écrire l’imaginaire

  1. Brousmiche Anne dit :

    Belle découverte que vos textes…j’y trouve quelque rapprochement avec mon site web  » Mes carnets de poche : haïkus », ouvert le 1 mars… j’établirais bien un lien entre nos deux sites si vous en êtes d’ accord ? Je suis très très chien labrador mais ce n’ est pas incompatible avec le chat ! Anne

    • Eschylle dit :

      Bienvenue à toi, Anne !
      (Et ne m’en veux pas si je te tutoie, je dis tu à tous ceux qui aime, même si je ne les connais pas… Oui, j’aime aussi beaucoup le poète deux-pattes Jacques Prévert)
      Même au sein des rats, il existe de belles consciences, alors pourquoi rejetterais-je qui aime les labradors ?
      Bien sûr que je suis d’accord pour le lien, pour la relation. Comment repousserais-je une si jolie proposition ? D’autant qu’il est très joliment présenté et mérite le détour. Tu pouvais inscrire ton site, lors de ton commentaire. Je t’enjoins à le faire la prochaine fois. Ton site est ici.
      Il sera intéressant de partager nos approches du haïku. J’ai développé ma position dans l’article consacré à ce sujet.
      Je suis à-priori pour la contrainte 5-7-5 et, ce matin, je viens de publier celui-ci sur twitter :
      Rêvons éveillés
      la douceur est revenue
      le ciel lavé

      Et je ne parviens pas à écrire « le ciel est lavé » qui respecterait les cinq syllabes.
      Ce qui ne m’empêche pas de dormir (D’ailleurs, je retourne sur mon cousin).

  2. Ping :Ressentir et exprimer - Réflexions - Le carnet de bord d'Eschylle

  3. Ping :Vertige - Poésie - Le carnet de bord d'Eschylle

  4. Ping :Haïkus d’amour - Le carnet de bord d'Eschylle

  5. Ping :La grammaire - Le carnet de bord d'Eschylle

  6. Ping :Des deux-pattes - Le carnet de bord d'Eschylle

  7. Ping :Écrire pour le doigt… - Le carnet de bord d'Eschylle

  8. Tassedethé dit :

    Je vous ai découvert sur fb.. du bonheur pur vos publications. Ouvrir un blog, c’est une belle idée . Pour moi Facebook c’est le monde de l’Éphémère et les traces qu’on peut y laisser son encore plus fuguaces. » Toute grande œuvre d’art, si elle atteint la perfection, sert à nous rappeler, mieux : à nous faire rêver l’intangible éphémère –c’est-à-dire l’univers. Elle ne jaillit pas de l’entendement (henry Miller) »
    Je vous remercie de m’offrir l’occasion d’approcher un peu plus votre réalité de félin, c’est juste du bonheur.Longue vie à votre blog

    • Eschylle dit :

      Bienvenue sur ces pages, ô noble deux-pattes !
      Si tu souhaites approcher ma réalité de félin, je te conseille de visiter le site que j’ai construit de mes pattes, dans lequel tu découvriras beaucoup de mes vies antérieures. Là-bas sont inscrites dans le virtuel de l’intemporel les runes de mon parcours entre les mondes.
      Belle vie à toi.
      Eschylle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *