Hommage à Madiba – 3

Haïkus pour mémoire

Tristesse est de joie
Madiba s’en est allé
sous un arc-en-ciel

Marcher sur l’abîme
un arc-en-ciel se déploie
deux rives s’étreignent

Un cadeau du ciel
en hommage à Madiba
une pluie d’amour

Sous un arc-en-ciel
interdit de funérailles
sourit Madiba

Écouter le ciel
ses pleurs offrent la lumière
différentes ondes

La bonne nouvelle
un arc-en-ciel nous relie
la terre nous porte

Sa parole reste
ouvrir chaque conscience
à l’amour du monde

Sous la pluie qui tombe
larme douce ô Madiba
naîtra l’arc-en-ciel

Touchés nous le sommes
toute conscience écoute
parole d’amour

Où que tu reposes
ton arc-en-ciel est en nous
amour en tout lieu

Gandhi Mandela
dans un ciel empli d’amour
la terre apaisée

Larmes des nuages
offrez l’arc-en-ciel aux hommes
l’espoir fleurira

Hommage à l’espoir arc-en-ciel

Se tenir debout, chez les deux-pattes, est lié à la dignité. Nelson Mandela était un deux-pattes, un homme digne. Il a su offrir à l’Afrique du Sud, enfermée, empêtrée dans l’apartheid, un avenir, par l’espoir. Il a joué pleinement son rôle de conscience politique et donné à espérer à des millions de deux-pattes de bonne volonté. Il a conjugué le mot paix avec le mot amour, ces deux substantifs qui attendrissent le cœur de toute conscience, pour remodeler sa terre natale, pour lui redonner un avenir.
À la différence des deux-pattes politiques soumis aux lois du grand Marché (avec majuscule, s’il vous plaît !), il ne se posait pas en gestionnaire mais portait un espoir, une espérance, un rêve. Ce rêve était symbolisé par l’arc-en-ciel aux couleurs mêlées.

C’est pourquoi, sans que je l’ai recherché, me sont venus toute une série de haïkus adressés à son esprit , c’est-à-dire à l’espoir d’un meilleur avenir pour le monde, d’un avenir de paix. C’est ainsi que, dès le lendemain de sa mort, je twittais

Soirée de tristesse
Mandela s’en est allé
sa parole vit

qui fut le premier de la série Hommage à Madiba. Mon ressenti, pour reprendre les termes d’un article publié ici, s’est aussitôt exprimé. Par la suite, ne pouvant supporter que cette nouvelle retombe comme toutes les autres, dévorée par cette accélération du temps et de la vie dans laquelle sont emportées les consciences, je poursuivis cet activisme qui consistait à twitter à des inconnus mes hommages en forme de haïku (qui me semble une forme poétique idéale pour s’exprimer sur ce réseau dit social). De là s’est composé le deuxième volet.

Pourquoi la forme du haïku ?

J’ai répondu une première fois en évoquant le réseau twitter et sa contrainte. L’autre raison réside dans mon approche de ce genre, importé du Japon et adapté au français depuis peu (un tout petit siècle). Comme je l’ai exprimé dans cet article, c’est ce qu’évoque, ce que suggère le haïku en quelques mots, qui m’intéresse et que je cherche à exprimer. Tous ces haïkus publiés ici représentent mes tentatives pour en écrire un qui condense ce qu’a représenté, ce que représente Nelson Mandela. Est-ce possible ?
À l’approche de Noël, il me semble juste d’insister sur la parole d’amour qu’a portée, qu’a représentée ce deux-pattes debout : Nelson Mandela.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 réponses à Hommage à Madiba – 3

  1. Patricia FRISON dit :

    bonjour Ami Chat !
    un réel bonheur de lire les mots qui défilent devant mes yeux . Hommage a ce grand monsieur ! En lisant, je pense à tous ces grands qui aimaient le mot « PAIX » au delà d’eux mêmes .

  2. Ping :Haïkus égoïstes - Le carnet de bord d'Eschylle

  3. Ping :Madiba – Remember - Le carnet de bord d'Eschylle

  4. Thomas Marie-Louise dit :

    Bravo pour cet hommage à Madiba
    Qui a beaucoup compté ici-bas
    Pourvu des plus hautes qualités
    Il a rendu plus belle l’humanité !

    Sur un autre ton :

    Un chat pour un deux pattes,
    Cela fait bien six pattes
    Qui marchent patte à patte,
    Sans faire patatras !
    Sans que rien ne se gâte !
    Oh, tralala !
    Quel cas ce nouveau chat
    Qui n’est pas trop grognon
    gourmet d’un nouveau plat
    cuisinant les oignons
    avec du poil de rat !
    Et s’il s’appelle Eschylle
    Quelles tragédies en files
    Va-t-il dicter bientôt
    A son deux pattes héros !

    • Eschylle dit :

      Merci pour ce bel élan poétique. J’aime lorsque dansent les mots !
      Pour répondre à ta question, chère Marie-Louise, je vais dicter à mon deux-pattes des tragédies terrifiantes. Elles ont eu lieu dans un monde parallèle, celui de Belmilor, mais qui ressemble étrangement au nôtre…
      Ce sera un décalogue, dix tomes issus des cours d’Histoire Morale de la magie, que j’enseignai à Mirlandar, capitale du Haut-Royaume de Lear, et ce décalogue se nommera L’Eschylliade (en toute simplicité). Tu peux d’ailleurs aller lire le premier chapitre à l’adresse indiquée précédemment…
      Je te souhaite un beau voyage en lecture…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *