Remember Madiba

Remember Madiba

Regard qui pétille
sourire offert au futur
couleur noir et blanc

Dans un monde à part
naît le son en arc-en-ciel
amender l’amour

Mots de dissidence
décaler par la lumière
le regard du monde

Pleurs tombent du ciel
diffractés en arc-en-ciel
un pont de lumière

Les yeux étonnés
révélation arc-en-ciel
une aube nouvelle

C’est de l’eau de là
et non pas du vain d’ailleurs
que naît l’arc-en-ciel

Pour le nouvel an
que l’arc-en-ciel se déploie
sur un monde heureux

Blanche est la lumière
un arc-en-ciel fleurira
porteur d’espérance

Pour toi Madiba
ton souvenir est présent
liberté d’agir

Qu’il pleuve ou qu’il vente
le monde est un arc-en-ciel
pour qui le regarde

Rainbow in the sky
Remember Madiba show
tears in heaven

Retour sur un hommage

Pourquoi poursuivre cet hommage à un deux-pattes, moi qui suis chat (siamois de surcroît) ?
Parce que je suis une conscience parmi d’autres, une conscience qui s’inquiète de l’accélération du temps, de ce temps qui nous pousse d’une information à une autre, d’un nom de deux-pattes à un autre ;
Parce qu’il est urgent de contrer tous les messages de haine qui ne mènent qu’à l’extermination de l’autre, à sa négation et, donc, à l’extinction de sa propre conscience ;
Parce que Remember est une expression historique qui signifie « Souviens-toi » ;
Parce qu’il est bon de revenir sur ce qui a été grand dans cette conscience et que Nelson Mandela porta haut les valeurs de dignité, de liberté, d’égalité et de fraternité.
Cette quatrième série de haïkus prolonge celles publiées le lendemain de sa disparition, une semaine et quinze jours après.
Si le genre du haïku t’intéresse, je te propose de lire le petit article que j’ai écrit à ce sujet.
Je vais te donner un conseil de chat (que j’ai reçu d’un ami éléphant) :

  • Souviens-toi de ton passé personnel et partage-le avec tes proches ;
  • Souviens-toi de l’histoire de ton pays, quel que soit ce pays ;
  • Souviens-toi de l’histoire du monde, de cette terre sur laquelle nous vivons tous ;
  • Souviens-toi de Remember Madiba.
En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

9 réponses à Remember Madiba

  1. Eleusis dit :

    Un Homme debout
    au coeur toutes les couleurs
    l’amour tombe en pluie

  2. Anne-Claire dit :

    Madiba et l’arc-en-ciel, deux symboles, réels et si forts.
    Ce texte me parle, ce texte résonne, ce texte raisonne.
    Merci Eschylle

  3. Ping :Demain - Poésie et réflexions - Le carnet de bord d'Eschylle

  4. Ping :Haïkus de février - Le carnet de bord d'Eschylle

  5. Ping :Haïkus de l'Ovalie - Rugby et haïku - Le Carnet de bord d'Eschylle

  6. Ping :Hommage à Madiba - Le carnet de bord d'Eschylle

  7. Zoé dit :

    Le cœur est la plus belle arme que l’homme possède,
    car c’est pour la vie qu’il se bat…
    Merci Eschylle pour ce bel hommage. Ne surtout pas oublier pour que vive la mémoire et ne se reproduisent les erreurs, les horreurs.
    Zoé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *