Haïkus égoïstes

Cuisine de haïkus égoïstes

Concise écriture
haïku est liberté
saisons et nature

(17 février)

Je ponds des haïkus
paradoxal pour un chat
comprenne qui peut

(2 février)

Rime est interdite
pour les puristes coincés
dans le haïku

(17 février)

Carré dans le champ
haïku n’est pas métrique
une plume d’ange

(17 février)

Tradition d’étang
sur haïku japonais
plonge la grenouille

(13 mars)

Haïku de dos
seuls les cochons le regardent
douleur par devant

(1er avril)

Brouhaha résonne
haïkus naissent des sens
chemin délicat

(30 avril)

Un très grand honneur
découvrir des haïkus
écrits de deux-pattes

(28 octobre)

Picorer les mots
parmi tous ces haïkus
Miaou dit la poule

(30 octobre)

En langue française
l’évolution du haïku
en la poésie

(18 décembre)

Haïku d’instant
j’oublie parfois la saison
et c’est un moki

(20 décembre)

Haïku de jour
germination sur écran
en ce doux décembre

(22 décembre)

Un coup de pinceau
un trait raconte une histoire
naît un haïku

(23 décembre)

Écrire haïku
est adapté du Japon
le « hic » est de taille

(24 décembre)

Remarques

J’ai rassemblé ici divers textes, des haïkus égoïstes, centrés sur eux-mêmes, jetés tout au long de l’année 2013 sur les réseaux sociaux, lors d’échanges avec de sympathiques deux-pattes. Tous ont pour thème l’écriture du haïku, et sont exprimés sous la contrainte 5-7-5 (déjà présentée dans l’article consacré à cette forme-là). C’est pourquoi je les ai réunis sous l’appellation Haïkus égoïstes avec comme sous-titre Cuisine de haïkus égoïstes.
J’ai ajouté la date de rédaction pour le lecteur deux-pattes curieux de connaître l’influence du temps, et donc des saisons, sur l’auteur de ces lignes. L’égoïsme est aussi tributaire du temps.
Je me suis amusé à centrer ces textes, rompant avec la tradition d’alignement vertical.
J’ai suivi ce que je ressentais afin de l’exprimer quant à cette forme d’écriture.
Si tu souhaites revenir à des formes de haïkus liées aux saisons, au temps, à la nouvelle année, ou au mois de janvier, n’hésite pas à rejoindre ces pages.
Pour mémoire, je te rappelle, ami lecteur, les trois pages écrites en hommage à Nelson Mandela, ce deux-pattes de haute mémoire.

Racisme apartheid
un arc-en-ciel réunit
le monde en amour

Le sourire au poing
changer la face du monde
la geste d’amour

Sous la pluie qui tombe
larme douce ô Madiba
naîtra l’arc-en-ciel

Il ne s’agissait pas alors de haïkus égoïstes.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *