Haïkus de janvier

Haïkus du premier mois

Ardoises transies
humidité de l’hiver
les souris grelottent

Quand dansent les mots
s’amusent les doigts gelés
l’hiver se réchauffe

Statue se fissure
le gel craquelle la pierre
froid dévore tout

Fenêtre embuée
or vif perce dans le gris
étoile en la brume

L’azur s’est levé
dans la fraîcheur de ce jour
le ciel bat son plein

Sous la pluie transie
protectrice de la terre
corolle en hiver

Crocus à croquer
virginité en corolle
la vie qui sourit

Un trait dans la brume
squelettes d’arbres glacés
frissons dans la terre


Radiateur douillet
ferme les yeux le chaton
chaude quiétude

Pénombre qui tombe
l’hiver de gris rafraîchit
jaunes lampadaires

Nuit fraîche d’hiver
oreilles fondues en ombre
lune sur les toits

Janvier premier mois
ouverture de l’année
chaque mot frissonne

Remarques

En poursuivant ces publications de haïkus avec ce janvier, j’invite le lecteur deux-pattes intéressé à jeter un œil sur mes précédentes publications. Que ce soit la disparition de Mandela, le passage des saisons, l’arrivée de l’automne, ou celle de l’an neuf, j’apprécie cette forme pour ce qu’elle demande de concentration et d’expression en peu de mots de la perception de nos sens. Ressentir pour exprimer est l’un de mes moteurs de vie (et j’en suis à ma troisième vie !) ; mes cinq sens me permettent de percevoir la réalité du monde que je parcours ; quand j’écris un haïku, je me base sur mes réflexions à ce sujet et ne cesse d’apprendre. L’univers est dans la particule, de cela je suis convaincu .

Janvier, mois de transition

Premier mois de l’année, janvier est un mois d’hiver, froid et parfois glacial. Pourtant, il marque un commencement, une espérance. Janvier est donc paradoxal et ambivalent, à l’image des deux-pattes.
D’habitude, il neige en janvier. Afin d’évoquer cette absence :
Danse des flocons
fumée devant les fenêtres
torches dans la nuit

J’enviai ce janvier où Jean vit, hébétés, des gens vieillis sous le harnais…

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

13 réponses à Haïkus de janvier

  1. Ping :Le haïku - Tentative de définition - Le carnet de bord d'Eschylle

  2. Ping :Haïkus de février - Le carnet de bord d'Eschylle

  3. Zoé dit :

    Merci pour ton éclairage Eschylle
    Belle semaine

    Ricochets d’eau vive
    tombent des larmes de strass
    l’hiver ose estampe

    Le temps d’un caprice
    un berger conte aux étoiles
    deux trois maux d’hiver

  4. Zoé dit :

    Le froid mord les joues
    quelques dents font des claquettes
    l’hiver est tout show

  5. Zoé dit :

    J’essaie…

    Hiver mois de songes
    ambre d’aube effeuillée luit
    ivre s’ombre accord

    karma d’hivers saoul
    ultime eau grisée de givre
    serein pleure un saule

  6. Zoé dit :

    C’est fou tout ce que l’on peut exprimer, avec si peu de mots et, du talent…
    J’aime beaucoup !
    Merci et belle soirée Eschylle, mes amitiés à ton deux pattes.

  7. Tronchet Guy alias Chibani dit :

    De neige indolente
    en écume déposée
    nuage au café

  8. Tronchet Guy alias Chibani dit :

    Paroles posées
    Haïkus du premier mois
    Chauffe le café

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *