Quatre Saisons – 1

Quatre saisons

Un rideau de pluie
perle d’eau sur la moustache
rayon de lumière

Étoile blancheur
cristaux sous un ciel de plomb
tremblement de patte

S’ouvre la corolle
palpite en multicolore
chasse au papillon

Ciel sans un nuage
ronces parmi la pierraille
miaule un chat griffé

En toutes saisons
M’intéresse au haïku
je le réfléchis

Automne, hiver, printemps, été

(Ajout le 13 mars 2014)

L’habitude…

En général, celui qui évoque les quatre saisons commence par le printemps. J’ai choisi l’automne tout simplement parce que j’ai écrit ce Quatre saisons en novembre, c’est-à-dire en plein automne. C’était même un automne pluvieux (d’un an, ajoutera le facétieux lecteur) puisqu’il m’a vu écrire Chat pleut, une autre série de haïkus, consacré à… tu as deviné, lecteur ô combien spirituel : à la pluie.

Un merveilleux film

En écrivant ce cycle, je pensais à ce merveilleux film que tu connais peut-être, toi dont l’esprit égale celui des plus grands puisque tu visites ces pages (comment ça, j’en fais un peu trop ?), sorti en 2003, réalisé par Kim Di-Duk et intitulé Printemps, été, automne, hiver… et printemps, quatre saisons qui en font cinq, donc.
En voici la bande-annonce.
Si tu ne l’as vu, je te le recommande, ami lecteur, non seulement parce qu’il combine récit et poésie, mais aussi parce qu’il te donnera la clé de mon choix : pourquoi, parmi les quatre saisons, ai-je décidé de commencer par l’automne ?

Enquête par le haïku

Un temple bouddhiste
un vieux maître et son disciple
les quatre saisons

Au cours des saisons
au printemps s’en va le chien
le coq en été

Chat vient en automne
serpent se glisse en hiver
tortue boucle tout

Conclusion

Je ne savais pas, quand j’ai composé ces petits croquis qu’il étaient liés non seulement aux quatre saisons mais aussi à cette œuvre coréenne que je te recommande, et que je livre à ta sagacité, ami lecteur.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 réponses à Quatre Saisons – 1

  1. Ping :Haïkus égoïstes - Le carnet de bord d'Eschylle

  2. Ping :Janvier - Haïkus du premier mois - Le carnet de bord d'Eschylle

  3. Ping :Haïkus de février - Le carnet de bord d'Eschylle

  4. Ping :Haïkus de l'an neuf - Le carnet de bord d'Eschylle

  5. tesnim dit :

    très beau partage
    au naturel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *