Adam – Son chant

Sonnet quinzain : Le chant d’Adam

Lilith, ô toi qui fut la première en mes bras
J’étendais sur ta couche aux douceurs océanes
De longs voiles de soie et des larmes volcanes
Afin d’y déployer la danse du cobra.

Face à l’autorité, ton esprit se cabra
De chasse tu rêvais et d’en être la Diane.
Rien ne te faisait peur, tu te moquais des moines,
Ces archanges coincés. Si l’un d’eux tu sabras,

C’est parce qu’il venait te faire la morale
Au sujet de ton chant : à l’instant de l’amour
Tes jambes s’enroulaient et tu poussais un râle

Qui réveillait le Vieux, jaloux de nos ébats.
Quand tu jetas la tête au pied du grand Vautour,
Il te congédia, t’offrit le célibat.

Depuis je te regrette. Ève n’est que de bois…

Quelques remarques

… sur ce sonnet

Je m’étais amusé à écrire ce sonnet quinzain (un sonnet avec un vers de plus) il y a un peu plus d’un an, en hommage à cette deux-pattes mythique, Lilith, considérée comme la première femme d’Adam, avant qu’elle ne soit jetée hors du paradis par Dieu et remplacée par Ève.

… sur les deux-pattes

Les deux-pattes femelles sont parfois représentées entre ces deux extrêmes que sont Lilith et Eve. Je tenais, en tant que chat, à apporter ma contribution à ce débat : toute conscience est ambivalente. Elle est contenue dans un corps qui a des raisons que la raison ne connait pas, écrirais-je, parodiant le deux-pattes Blaise Pascal.

… sur mon œuvre

Dans L’Eschylliade, l’un des personnages, Maeviree, m’est toujours apparue dans cette ambivalence, à la fois Ève et Lilith, même si cela se déroulait sur un autre monde que le tien, ami lecteur…
Adam occupe une place à part dans ta mythologie, et ce, quelle que soit ta religion, ami lecteur.
Sur Belmilor, d’une certaine manière, Bélerin, quoique elfe noir, avait quelque chose en rapport avec Adam dans sa relation avec Maeviree.
Si tu lis mon Eschylliade, tu pourras le vérifier. Tu peux découvrir dans cet autre article le premier chapitre du premier tome (Ne pas se fier aux apparences) de ce décalogue ; je m’y présente aussi en tant que chat-rtiste.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

5 réponses à Adam – Son chant

  1. Ping :Sonnet sur la tête - Sonnet inversé - Le carnet de bord d'Eschylle

  2. eclipse dit :

    bonjour Eschylle §

    C’est rare de voir Adam nous livrer ses ébats poétiques avec sa première femme ! sourire

    Un son né qui nous vient d’Eden

    Merci …je me promène et découvre ton univers
    Eclipse

  3. Zoé dit :

    Je l’aime beaucoup ce sonnet !..
    On l’oublie un peu trop Lilith, elle femme si chair…
    Merci Eschylle pour ce très beau partage
    Zoé,

    • Eschylle dit :

      Quel beau regard, Zoé ! Merci à toi.
      Lilith, femme libre, oubliée de l’autre côté, rejetée… est le reflet de toute conscience en quête de liberté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *