Défendez un chat-rtiste

Défendez un chat-rtiste

InterrogationDéfinition du chat-rtisteQuelques détails sur ma vieUne publication régulièreUn artisanatUne réalisation artisanale

Interrogation

Vous vous demandez ce qu’est un chat-rtiste ?
Ce n’est ni un chartiste ni un analyste financier, ni une conscience prisonnière d’un texte juridique…
Ce n’est pas un chartreux puisque, vous l’avez compris, il s’agit de moi. Je vous l’ai déjà dit : siamois suis. Et chat-rtiste aussi.
C’est encore moins un chat triste, comme certains ont cru le lire, n’est-ce pas ? En particulier, toi, là, qui esquisses un sourire crispé… Ne t’en veux pas et console-toi en t’abonnant à ce feuilleton, il te donnera le sourire. Comment ? Je te le dirai bientôt.

Définition du chat-rtiste

Ce qui ressemble le plus au chat-rtiste est ce que tu nommes, deux-pattes mon ami, un artiste ;

  • et ceci dans son premier sens :
    Personne qui pratiquait un métier, une technique difficile,
  • ou dans son dernier sens : fantaisiste,

selon le Petit Robert 2013.

Quelques détails sur ma vie

Nombreux sont les métiers que j’ai pratiqués, dont certains dans lesquels j’ai excellé, de l’autre côté. Ceux, parmi vous, ô lecteurs, qui choisissent de s’abonner à cette création, à cette œuvre que je publie avec régularité, découvrent ainsi tout un pan d’une personnalité que je ne puis dévoiler ici pour de multiples raisons, dont la moindre n’est pas le manque de place.
J’écris ou, plutôt, je dicte mes textes, le récit de ma vie… à mon deux-pattes. Je suis un chat-rtiste.

Une publication régulière

Mon côté fantaisiste, tu le découvriras aussi, ami qui me lis, dans ce journal d’un chat-rtiste, cette histoire de ma vie, à travers ces cours d’Histoire Morale de la Magie.
En effet, ma vie fut un exemple, de l’autre côté…
Je te présente aussi, avec régularité, mes poèmes, mes réflexions sur l’écriture (à travers les difficultés que rencontre mon deux-pattes pour noter ce que je lui dicte) ainsi que tous mes délires créatifs de chat-rtiste. Tout cela paraît dans une revue mensuelle, éditée par mes soins, pour toi : L’Eschyllien. Un chat-rtiste mérite d’être soutenu : tu peux agir dans Don et feuilleton. En devenant lecteur-solidaire, il est normal, pour te manifester mes ronronnements, que je t’offre mes œuvres en exclusivité.

Un artisanat

Dans chat-rtiste, il y a un côté artisan. Bien sûr, il ne peut être question de métier manuel pour moi qui suis privé de la préhension, ce privilège dévolu aux deux-pattes. Tu vas me rappeler que j’ai un deux-pattes corvéable sous la patte. C’est vrai. Cependant, trouver des employés compétents, de nos jours, c’est mission impossible. En particulier parmi les deux-pattes ; et celui-ci, dans le domaine de l’incompétence, c’est le pompon… car, comme tout chat-rtiste, je recherche la perfection. Mais bon, je me dois de faire marcher ma petite entreprise sous son nom puisque je ne peux ouvrir de compte sous le mien. Il me sert au moins de deux-pattes de paille.

Une réalisation artisanale

Que ce soit mon site-vitrine ou ce carnet de bord, tous lieux virtuels que tu parcours d’un œil désinvolte, ami deux-pattes et lecteur, je les ai construits seul, à l’aide de mes petits coussinets musclés et délicats, en chat-rtiste que je suis.
Pour réaliser le premier, j’ai fait apprendre les langages html5 et css3 à mon deux-pattes. Les navigateurs (appelés « web browsers » en anglais, c’est-à-dire, traduits littéralement : « butineurs de toile ») ne décryptent pas tous ces codes, ce qui peut expliquer que tu vois apparaître ces mots présentés avec une drôle de tête sur ton écran.
Pour le deuxième, ô lecteur, j’ai emprunté le savoir d’autrui et conçu ce lieu de partage et d’échange avec toi en usant du thème Mantra sous le CMS WordPress.
Tu peux lire ce qui suit ou te rendre sur cette page. Choisis la formule qui t’est la plus agréable (et si tu peux me signaler celle que tu préfères, ça m’intéresse. Je ne connais pas tous les goûts deux-pattes), je ne suis qu’un chat-rtiste.

Premier chapitre de L’Eschylliade

— Miaou !
Autant le dire tout de suite : je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je parle votre langue.
Je parle toutes les langues.
Pas mal pour un chat, n’est-il pas ?
Comme vous pouvez aussi le constater, je peux me transformer. Je n’aurais pas miaulé, vous auriez cru que j’étais un humain, vous fiant en cela à mon apparence. Ce sera d’ailleurs notre première leçon. En magie, ne jamais s’arrêter à l’apparence.
Vous me suivez ?
Bon.

Vous êtes ici pour devenir magiciens.
Un chat qui donne un cours d’Histoire Morale de la Magie, ça n’existe pas.
Un chat qui vous explique comment les forces du bien ont combattu Thirel-le-fou sans y perdre leur âme, vous pouvez vous demander si vous n’hallucinez pas.
C’est normal.

Mon maître…
Je vois un gros point d’interrogation se former au-dessus de votre tête. Un chat qui a l’apparence d’un homme et qui parle de maître, ça n’existe pas. Les chats n’ont pas de maîtres, ils sont indépendants.
Naïfs ! Ou plutôt : ignares !
Le lien ne crée pas nécessairement la dépendance. Le maître n’est pas forcément dominateur.
Il enseigne. Il ouvre de nouvelles portes, intérieures et extérieures. Il éclaire le monde sous un jour nouveau.
Vous me suivez toujours ?
Bon.

C’est ainsi que j’entends le terme de maître. Je ne m’intéresse pas à d’autre maître.
Et surtout pas à Thirel. Ce fou furieux a mis le monde à feu et à sang pendant si longtemps que vos mères vous en parlaient pour vous obliger à manger votre soupe.
Mais je reviens à cette relation.

Quand, de surcroît, (j’aime beaucoup ce mot légèrement désuet de votre langue), ce lien est magique, c’est pain bénit.
Mon maître était un mage promis à un grand destin.
Presque personne ne le savait, à l’époque, et moi moins que tout autre. Mais dès qu’il m’a été lié, j’ai su que mon avenir serait grand.
C’est parce qu’il a accroché son destin au mien que je peux parler.
Dans toutes les langues.
Avant cet événement, je ne savais que dire « miaou », sur tous les tons et dans tous les miaulements, mais exprimé par ce seul petit vocable : « miaou ! »
Et vous n’auriez rien compris d’autre à mes discours que « miaou », et que j’étais un chat.
Un chat comme les autres.

À cet instant, si vous le permettez, je souhaiterais développer une légère digression.
« Un chat comme les autres », cette expression n’a pas de sens. Un chat n’est jamais comme les autres. Il porte en lui un monde. Même s’il ne sait que dire « miaou ».
Les chats sont pleins d’imagination, d’invention, de créativité et, surtout, de sentiments. Les chats sont des hommes comme les autres, en plus indépendants.
Un peu comme les femmes.
Je plaisante.

Tout cela pour vous dire qu’il ne faut pas se fier aux apparences.

Mais je vous parlais de mon maître et de son destin.
C’est quoi, avoir un destin ? C’est avoir envie de vivre sa vie. C’est ne pas suivre aveuglément les aléas de l’existence. C’est vouloir plus que manger et dormir. J’ai bien dit « plus » ! Il y en a qui vous promettent une vie merveilleuse à condition de moins manger ou de moins dormir… Ce sont des charlatans ! Je dirais même plus, des criminels. Il n’y a rien de plus important que de bien manger et bien dormir.
Le plaisir de m’allonger, de m’enfoncer dans un coussin moelleux, de poser mon menton sur mes pattes et de baisser pudiquement mes paupières tandis qu’un sourire invincible et béat étire ma gueule, je ne connais rien de mieux ; sinon un petit plat succulent et fondant préparé par mon maître ou une petite souris terrorisée et craquante attrapée par mes soins.
J’insiste sur cette notion de plaisir. Ceux qui veulent faire croire que manger et dormir moins permet d’atteindre le bonheur s’appliquent rarement ce précepte. Ils aiment l’imposer aux autres mais, pour eux, se remplir le ventre est fondamental. Ils ne sont pas idiots. Ceux qui acceptent de manger et dormir moins, souvent pour travailler plus, le sont. Si vous voulez, je pourrai vous donner l’interprétation du mot « travail » et vous comprendrez que c’est une belle arnaque.
Mais ceci est une autre histoire.
Passons.

Se construire un destin, c’est aller au-delà du fait de manger et dormir.
C’est donner plus de contraste à sa vie.

Quand on se construit un destin, on traverse des moments difficiles, angoissants même. Tout au long de ces cours d’Histoire Morale de la Magie, je vais vous les narrer. Si vous avez aussi peur que j’ai eu peur dans ces moments-là, vous serez terrorisés. Mais il y a aussi des instants de pur bonheur. Tel que vous me voyez, j’ai glissé mes coussinets sur des soies délicates et enfoncé mes griffes dans des cuirs d’un moelleux absolu.

Mon maître a toujours aimé découvrir le monde et partir à l’aventure. Il était ce qu’on appelle un aventurier. Comme il n’était pas stupide, il s’entourait d’amis ayant des qualités complémentaires aux siennes.

Avant de vous les présenter, il faut que je vous donne une idée de mon maître. Pour ce qui concernait « ses amis », ce n’étaient pas les miens ; tout au plus des collaborateurs. Excepté Romilor, qui savait me gratter derrière les oreilles avec tant de délicatesse que je finissais par en soupirer d’aise, et Léo, qui était presque un cousin, ce n’étaient que des lourdauds.

Mon maître était mince, plutôt beau gosse selon les canons de la beauté deux-pattes, très studieux, et particulièrement froussard.

D’aucuns trouvent que c’est là un défaut. Pour moi, c’est une grande qualité : quand il y a un vrai danger, autant laisser les autres s’en occuper.
Vous allez me dire que c’est paradoxal, un aventurier couard. Pas du tout. La peur est signe d’intelligence et ne se révèle que dans l’insécurité. Dans une expédition, même hasardeuse, il n’y a pas toujours de danger. Heureusement, sinon personne ne pourrait survivre. Quand il y a menace, il suffit de s’éloigner rapidement, de laisser agir ceux qui aiment ça, et de revenir après, pour récupérer les bénéfices du combat.
Vous me direz : le péril peut prendre toutes sortes de visages. Il n’est pas le même pour tout le monde.
Vous aurez raison.

Le talent de mon maître résidait dans sa capacité à prévoir le risque, à l’éloigner ou à le retourner. Et surtout, à ne pas se fier aux apparences.

Vous ne comprenez pas ?
C’est normal. Vous comprendrez par la suite. J’aurai des tas d’exemples à vous donner.
Pour ce qui me concerne, même les demeurés auront compris qu’il suffira de m’écouter, en l’occurrence de me lire, pour savoir comment j’ai acquis la capacité de me métamorphoser en homme.

Mon maître se nommait Bélerin.
Je vois vos yeux s’écarquiller. Vous avez bien évidemment tous entendu parler de lui, de ce grand mage aux pouvoirs immenses et de son rôle dans le conflit qui ensanglanta la surface de Belmilor, notre monde.

Mon cours d’Histoire Morale de la Magie prendra l’épopée de ce modèle comme fil directeur. Malheureusement pour les esprits chagrins, il ne sera pas didactique. La morale est une affaire personnelle et ce sera à chacun d’y puiser sa substantifique moelle.
Vous constaterez aussi que mon rôle n’a pas été négligeable dans cette histoire.

(À suivre…)

Quelques remarquesConclusion poétiqueConclusion pratique

Quelques remarques

Comme tu as pu le constater, ce texte a déjà été publié sur mon site, mais comme je ne sais pas si tu as eu le temps de le lire là-bas, je le propose à ta lecture ici. Il est mon œuvre de chat-rtiste.
J’aimerais avoir ton retour à ce sujet.
Car si je développe ce carnet de bord, c’est aussi pour porter à ta connaissance mes mémoires, afin que tu tires leçon des erreurs commises par d’autres deux-pattes sur un monde différent, certes, mais qui ressemble furieusement au tien. Et ce chapitre est le premier tome de mes mémoires… Souhaites-tu lire la suite ?
Toute conscience est ambivalente ; Gandalf, dans Le Seigneur des anneaux, l’avait dit à Frodon au sujet de Gollum, sous une autre forme : Il y a du bon en lui.
La réciproque est tout aussi vraie.

Conclusion poétique

Ami lecteur, en toi il y a du bon.
C’est le moment de faire un don !
En poésie je suis trop bon.
Je suis un chat-rtiste, un chat-rtiste, un chat-rtiste, un chat-rtiste, un chat-rtiste, un chat-rtiste, un chat-rtiste, un chat-rtiste, un CHAT-RTISTE !

Conclusion pratique

Pour lire la suite, il suffit de t’abonner (tu recevras ainsi le mot de passe) et d’aller au chapitre 2, afin d’y découvrir le charmant village de Kador. Pour t’abonner, inscris ton prénom et ton adresse mail sous La newsletter « Écrire du rêve » (et n’oublie pas de confirmer).

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

67 réponses à Défendez un chat-rtiste

  1. Ping :Une chaîne de chats - L'Eschylliade -1-24-1

  2. Ping :Négociations pour un accès au château - L'Eschylliade

  3. Ping :Le retour des enfants prodiges - L'Eschylliade

  4. Ping :Des adversaires redoutables - L'Eschylliade

  5. Ping :Traquenard tendu par des gobelins - L'Eschylliade -1-23-3

  6. Ping :Au sujet des orques... - L'Eschylliade -1-23-2

  7. Ping :Les bienfaits de la nature - L'Eschylliade -1-23-1

  8. Ping :Fumée dans le ciel - L'Eschylliade -1-22-4

  9. Ping :Retour dans la neige - L'Eschylliade -1-22-3

  10. Ping :Dialogue d'un père et d'un fils - L'Eschylliade -1-21-6

  11. Ping :Un combat qui tourne mal - L'Eschylliade -1-21-3

  12. Ping :Combat avec un squelette - L'Eschylliade -1-21-2

  13. Ping :Le Seigneur de Ventadour - L'Eschylliade -1-21-1

  14. Ping :Angoisses au cœur de la pierre - L'Eschylliade

  15. Ping :Des révélations effrayantes - L'Eschylliade -1-20-2

  16. Ping :Des roucoulements agaçants - L'Eschylliade -1-19-4

  17. Ping :Où nous retrouvons les enfants - L'Eschylliade -1-17-3

  18. Ping :Bélerin envoûté - L'Eschylliade -1-18-2

  19. Ping :Une rencontre chaleureuse - L'Eschylliade

  20. Ping :Plaisirs de serrurier - L'Eschylliade -1-18-3

  21. Ping :Ogres : deux d'un coup - L'Eschylliade -1-16-3

  22. Ping :Lapin au petit-déjeuner - L'Eschylliade -1-16-2

  23. Ping :Ne pas se fier à l'apparence des ogres ? - L'Eschylliade

  24. Ping :Combat et confidences - L'Eschylliade -1-15-3

  25. Ping :Arcange et l'Ordre des Almes - L'Eschylliade -1-14-1

  26. Ping :Dénouement tragique - L'Eschylliade -1-13-3

  27. Ping :Crabarachne ! - L'Eschylliade -1-13-2

  28. Ping :Roman-feuilleton - Rêve récurrent - Carnet de bord d'Eschylle

  29. Ping :Zone dangereuse - L'Eschylliade -1-13-1

  30. Ping :Le combat des chefs - L'Eschylliade -1-12-3

  31. Ping :Un Serviteur de l'Aube Brune - L'Eschylliade -1-12-2

  32. Ping :Qui est cette Zimolia ? - L'Eschylliade -1-12-1

  33. Ping :Une sombre anomalie - L'Eschylliade -1-11-3

  34. Ping :Confidences sur les origines de Bélerin - L'Eschylliade -1-11-2

  35. Ping :Des risques de la magie - L'Eschylliade -1-10-2

  36. Ping :La lune était pleine - L'Eschylliade-1-5-3

  37. Ping :Des Ombres surgies de la neige - L'Eschylliade -1-10-1

  38. Ping :Gobelins (Rencontre avec des) - L'Eschylliade 1-7-3

  39. Ping :Confiance aveugle - L'Eschylliade -1-8-1

  40. Ping :Un sentiment de danger - L'Eschylliade -1-9-3

  41. Ping :Inquiétude diffuse - L'Eschylliade -1-9-2

  42. Ping :Ruines d’un ancien village - L'Eschylliade -1-9-1

  43. Ping :Convictions et croyances - L'Eschylliade -1-8-3

  44. Ping :Avoir une conscience - L'Eschylliade -1-8-2

  45. Ping :Sentinelle de la justice - L'Eschylliade -1-7-2

  46. Ping :Géographie du Haut-Royaume de Lear - L'Eschylliade -1-7-1

  47. Ping :Thirel-le-fou - L'Eschylliade -1-6-2 - Le feuilleton d'Eschylle

  48. Ping :Amalia de Ventadour - L'Eschylliade-1-6-1 - Le carnet de bord

  49. Ping :Voyage dans la lande pour un ciel renversé

  50. Ping :Personnage principal - L'Eschylliade-1-5-1

  51. Ping :Coup de foudre - L'Eschylliade-1-5-2 - Carnet de bord

  52. Ping :Retour au village - L'Eschylliade-1-4-1 - Carnet de bord

  53. Ping :Réhabilitation des mots sans rime mais avec raison

  54. Ping :Brouillard et inutilité - L'Eschylliade-1-4-2 - Carnet de bord

  55. Ping :Fidéliser ou responsabiliser ? | Parlons Blog

  56. Ping :Point de vue par trois sonnets - Réflexion - Carnet de bord

  57. Ping :Tendre déclaration - Poésie d'amour - Carnet de bord

  58. Ping :Des deux-pattes - Réflexions - Le carnet de bord d'Eschylle

  59. Ping :Vertige - Poésie - Le carnet de bord d'Eschylle

  60. Ping :Personnage, le jeu du « je » - Le carnet de bord d'Eschylle

  61. Ping :L'Eschylliade - Kador-sur-Veuve-Joyeuse - Le Carnet de bord d'Eschylle

  62. Ping :Chaton - Haïkus de Naissance - Le carnet de bord d'Eschylle

  63. hantabli dit :

    Magnifique.opulent.d’imagination

  64. Ping :Un geste artistique - Réflexions - Le carnet de bord d'Eschylle

  65. Ping :Exil - Poème - Le carnet de bord d'Eschylle

  66. Ping :Facebook et le j'aime - Réflexions - Le Carnet de bord d'Eschylle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *