Une inquiétude diffuse – L’Eschylliade -1-9-2

Une inquiétude diffuse

Inquiétude diffuse - ApprentissageRappel de l'épisode précédentInquiétude

Inquiétude diffuse – Apprentissage

Inquiétude diffuse suit l’épisode Les Ruines d’un ancien village. Après avoir découvert les ruines d’un village dans l’épisode précédent, je me réjouis de te raconter, ô toi qui jettes avec avidité tes yeux sur ces mots, nos interrogations autour d’un puits, et les atermoiements de notre guide, tandis que planait dans l’air un certaine angoisse.

Rappel de l’épisode précédent

Dans l’épisode précédent, Les Ruines d’un ancien village, Bélerin avait évoqué le fait que de vieilles légendes couraient au sujet des ruines que les compagnons traversaient.

Inquiétude

Une inquiétude est une absence de quiétude, de repos, de tranquillité. (Petit Robert 2013)

9. Questions devant une page blanche – chapitre 9

Suite : Une inquiétude diffuse

— Le trou de balle du diable ! Par où sortent tous les fantômes malfaisants qui hantent la région, lança Romilor en agrippant le mollet de Léo
Surpris, il fit un bond de côté. La liane se tordit de rire. La margelle était recouverte de neige fraîche. La zone que nous avions traversée était immaculée, vierge comme la joue diaphane d’une jeune pucelle. Nos empreintes laissaient des taches grises. Léo ne semblait pas à l’aise. Il regardait de tous côtés, s’attendant visiblement à voir surgir, sinon d’hypothétiques fantômes, du moins de vrais ennemis. Je ressentais une inquiétude diffuse. Un peu comme si nous étions en train de nous promener près de la gueule du loup. Il régnait un calme absolu sur ce plateau glacé. J’entendis Wulfina maugréer :
— Trop tranquille, cet endroit…
Bélerin tapota l’épaule de Cramif.
— Eh bien, mon ami. Tu m’avais dit que tu m’emmènerais à votre repaire. Où est-ce ?
Le gobelin faisait face au trou. Il se tourna vers mon maître.
— Ve vais te le dire, ô fubliffime fplendeur éblouiffante…
— Qu’est-ce que tu as dit ? gronda Wulfina.
Elle bondit sur le petit gros, le saisit par le col et l’agita comme une poupée de chiffon. Le malheureux, soulevé de terre, battait des pieds. Son visage virait au violet.
— Qu’est-ce qui te prend ? Arrête ! souffla Bélerin à Wulfina dont le visage était décomposé par la rage.
Aussi subitement qu’elle s’était emportée, la jeune loupine lâcha le gobelin qui s’effondra sur le sol, se tenant la gorge et haletant comme un perdu.
— C’est cette expression, maugréa-t-elle, elle m’a rappelé des souvenirs.
— Quels souvenirs ? demanda Tolga.
— L’Empire des Crocs…
Elle se tourna vers Cramif.
— Tu viens de là-bas, n’est-ce pas ?
Le petit gros secoua la tête.
— Non non, ve ne dois rien dire. F’est interdit. Fi ve parle, ve meurs.
Tous entouraient les deux protagonistes de l’altercation. Bélerin se frappa le front.
— Mais alors, ce qu’on raconte serait vrai…
Léo lui jeta un regard en biais tout en continuant de surveiller les alentours.
— Qu’est-ce qu’on raconte ?
— Ces ruines ne sont pas nées comme ça, fit mon maître. Sur ce plateau, autrefois, vivait toute une population. Elle déboisait ce qu’il fallait de terre pour cultiver ce qui lui était nécessaire et chassait le gibier abondant dans la région. Elle a disparu il y a une trentaine d’année. Une meute d’orques a surgi une nuit et a massacré tout le village. Ils ont brûlé les maisons, violé les femmes, égorgé les enfants.
— Ils venaient d’où ? demanda Romilor.
— De l’Empire des Crocs, répondit Wulfina qui, apparemment, connaissait l’histoire de la région.
— Ce n’est pas possible ! Je n’ai jamais entendu cette histoire, s’exclama Romilor.
— Elle ne s’est pas ébruitée, dit Bélerin. Des protecteurs patrouillaient, ils sont intervenus rapidement.
— Qui les a prévenus ? demanda Tolga.
— Je ne sais pas. Des survivants ont pu s’enfuir et chercher de l’aide.
— Comment une meute d’orques, a-t-elle pu traverser l’Empire Brun pour venir attaquer ce village ? s’interrogea Tolga.
(À suivre)

Recevoir L’Eschylliade en feuilleton avant tout le monde

Lire depuis le début ?Lire le feuilleton avant les autres ?Lire Victor HugoLa table des liens

Lire depuis le début ?

Inquiétude diffuse est la deuxième partie du chapitre 9 de Ne pas se fier aux apparences. Si c’est ta première plongée dans mon Eschylliade, ô lecteur, tu risques de ressentir une inquiétude diffuse. Je te conseille donc de lire le premier chapitre.
Tu pourras ainsi parcourir, si tu ne l’as déjà fait, mon portrait de chat-rtiste.

Lire le feuilleton avant les autres ?

Sais-tu qu’il est possible de recevoir L’Eschyllien, journal mensuel que j’envoie à tous les lecteurs qui se sont montrés solidaires à mon égard ?
Ils lisent ce feuilleton, sans avoir même besoin d’une connexion, sur leur tablette ou leur i-phone, là où ils ont stocké les pdf que je leur ai envoyés.
Le prochain paraîtra le 27 septembre.
Avec un don de 33 €, non seulement tu me permets de maintenir en vie ce site (cela comporte un coût) et de l’alimenter avec ma sublime poésie, non seulement tu m’offres la possibilité de manger du poisson cru (et d’épargner ainsi les souris), mais aussi tu t’offres tous les cadeaux littéraires que je t’enverrai à cette occasion. Lis donc ce que j’en dis sur la page Don et feuilleton. Je ne suis pas un marchand. Je fais acte de création. Et j’essaie de faire commerce d’une action poétique. Cela dit, si tu n’as pas les moyens financiers de m’aider, tu es bienvenue puisque tu me lis. Et il y a mille autres moyens de m’aider. À ce sujet, le fait que tu sois abonné à la newsletter « Écrire du rêve » me fait comprendre ton soutien.
Et si tu as la moindre question, n’hésite pas à me la poser en allant sur la page Contact.

Lire Victor Hugo

Parmi les génies deux-pattes, Victor Hugo est mon préféré. Parce qu’il est LE génie français. Et que c’est la langue que je pratique. Deux-pattes des sommets, il savait, dans des ruines, lire l’avenir (Il suffit de lire La Légende des siècles pour s’en convaincre). J’éprouve à son égard une inquiétude diffuse quant à mon propre génie. Oui, j’ai du mal à en convenir, mais sa poésie plane mille coudées au-dessus de la mienne (pourtant sublime !).
Le site que j’évoquais antérieurement poursuit son développement exponentiel. Je te l’écrivais : ce site est dédié à l’œuvre poétique de ce génie de la littérature française (n’ayons pas peur des mots !). Qui plus est, chaque poème publié peut être écouté. Il est donc possible, non seulement de lire la poésie de Victor Hugo sur ce site, mais aussi de l’écouter, c’est-à-dire de l’entendre. Ce site se nomme d’ailleurs Entendre Victor Hugo. Je t’invite à suivre le lien indiqué pour le visiter.

La table des liens

Tu as aussi la possibilité, ami lecteur, de te référer à la table des liens de l’Eschylliade qui, avant cet épisode, renvoie à tous les chapitres déjà parus sur ce carnet de bord.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à Une inquiétude diffuse – L’Eschylliade -1-9-2

  1. Ping :Un sentiment de danger - L'Eschylliade -1-9-3

  2. Ping :Ruines d’un ancien village - L'Eschylliade -1-9-1

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *