Personnage principal – L’Eschylliade-1-5-1

Personnage principal

Présentation de cette publication - Personnage principalPersonnage principal : définitions

Présentation de cette publication – Personnage principal

Je vous ai révélé, dans un précédent article, que j’étais un personnage. Cet épisode raconte comment, de plus que secondaire (un chat miro et ridicule), je suis devenu personnage principal. Tu ne le réaliseras pas immédiatement, ami lecteur (je ne le compris pas non plus sur le moment), mais c’est ce soir-là que ma vie a basculé, que je suis devenu un héros.

Personnage principal : définitions

D’une manière générale, dans un récit, le personnage principal, c’est le héros. C’est celui qui est au centre, celui pour qui le lecteur vibre. Il peut aussi le détester ardemment. Il existe des anti-héros. Si, si, je te promets, ami lecteur. Pour l’instant, tu ne connais que ma seule personne (si je puis dire, paraphrasant en cela le deux-pattes Ulysse), mais il existe des personnages malfaisants, sanguinaires, prédateurs, à côté desquels je suis comme le chaton qui vient de naître.
À la fin d’un chapitre précédent, tu as lu comment les souris-mêmes se moquaient de moi. Dans celui-ci, tu vas découvrir que le capitole, parfois, est proche de la roche Tarpéïenne, et que le pâle figurant, la potiche de service (malade de surcroît), peut se transformer en personnage principal.

Une cérémonie spectaculaire – chapitre 5 (Début)

Ce soir-là, je somnolais vaguement, pris entre des éternuements à répétition et la morve qui me dégoulinait de la truffe. Quatre-pattes et deux-pattes couraient en tous sens, s’apostrophaient et savouraient ce qui se tramait. La cérémonie du soir allait rassembler tout le village dans la grande clairière. Parmi ces interpellations, j’en perçus une qui me mit au désespoir. Ce fut la voix de ma sœur, riant et disant : « Tu viens, mon cœur ? ». « J’arrive, ma poule » ricana alors celle de N’a-qu’un-œil. La vulgarité de cette expression et le fait que ma sœur se soit soumise à un vainqueur d’aussi basse extraction me flanqua un coup que vous ne pouvez pas imaginer. La jalousie me tordit le cœur. La vacuité de la vie me sembla évidente. Si j’avais été un deux-pattes, je me serais jeté dans la Veuve-Joyeuse pour en finir avec une existence sans avenir. Mais j’étais un chat, et cette nuit allait changer mon destin.

Je somnolais. Mon pelage était parcouru de brusques frémissements ondulatoires. J’ouvrais parfois un œil et le refermais aussitôt pour ne pas entendre les allées et venues des uns et des autres. Oui, même miro, j’entendais mieux les yeux ouverts ! Je me pelotonnais le plus possible sur moi-même pour trouver un peu de chaleur. J’étais glacé à l’intérieur. Et puis…

Je me souviens d’un tunnel.
Tout était blanc.
Lumineux.
Je marchais dans ce couloir argenté. J’étais comme au-dessus du vide.
Une euphorie me portait.
J’avançais dans une galerie de neige baignée d’une chaleur douce.
C’était bien, c’était bon. Vous ne pouvez pas imaginer.
Une brise délicate effleurait mon pelage en de multiples caresses.
Une lumière bienfaisante caressait ma gueule.
Une musique, composée par la forêt et le ciel, m’enveloppait.

Je ne sais combien de temps cela a duré.
J’ai débouché dans une clairière. Face à moi, il y avait un grand flandrin maigrichon. J’étais au centre d’un cercle, un cercle de lumière, un cercle de regards. J’étais le personnage principal de la fameuse cérémonie.
Parmi tous ces visages, il y avait deux yeux qui plongeaient dans les miens.
— Veux-tu être mien, veux-tu que je sois tien ? me disaient-ils.

(À suivre…)

Lecture de L’Eschylliade

Si tu découvres cet article, ami lecteur, ce Personnage principal, première partie du chapitre 5 de Ne pas se fier aux apparences, premier tome de mon Eschylliade, je ne saurais trop te conseiller de commencer par le début et de lire le premier chapitre. Cela paraît logique, mais tu es le lecteur, donc le seul maître à bord de ce Carnet.
Cependant, si tu t’astreins à cette lecture, tu découvriras qui je suis et comment a commencé ce cours d’Histoire Morale de la Magie.

A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 réponses à Personnage principal – L’Eschylliade-1-5-1

  1. Ping :Coup de foudre - L'Eschylliade-1-5-2 - Carnet de bord

  2. Ping :Brouillard et inutilité - L'Eschylliade-1-4-2 - Carnet de bord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *