Sonnet sur la tête

Le sonnet inversé

Nombreux sont les poètes, au XIXème siècle, qui ont pratiqué le sonnet inversé. Je donne, en fin d’article, un lien vers une approche plus développée du sonnet si tu souhaites, ô lecteur, en savoir plus. Pour découvrir ce qu’est un sonnet inversé, il suffit de lire ce Sonnet sur la tête.

Tristan Corbières

Rares sont les deux-pattes qui ont aussi bien pratiqué l’auto-dérision. Le sonnet présenté ci-dessous, Le crapaud, est un sonnet inversé quinzain (Pour lire un sonnet quinzain droit sur ses pattes, je te conseille Le Chant d’Adam).
Pour en savoir plus sur Tristan Corbières, poète deux-pattes maudit s’il en est, je te propose de lire Rimbaud, Lautréamont, Corbières, Cros – Œuvres poétiques complètes, dans la Collection Bouquins, publié chez Robert Laffont. Pour un coup d’œil plus rapide, ce lien mène vers un portrait tracé par un deux-pattes passionné de poésie.

Le crapaud, de Tristan Corbières

Un chant dans une nuit sans air…
La lune plaque en métal clair
Les découpures du vert sombre.

… Un chant ; comme un écho, tout vif
Enterré, là, sous le massif…
– Ça se tait : Viens, c’est là, dans l’ombre…

– Un crapaud ! – Pourquoi cette peur,
Près de moi, ton soldat fidèle !
Vois-le, poète tondu, sans aile,
Rossignol de la boue… – Horreur ! –

… Il chante. – Horreur !! – Horreur pourquoi ?
Vois-tu pas son œil de lumière…
Non : il s’en va, froid, sous sa pierre.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Bonsoir – ce crapaud-là c’est moi.

Sonnet sur la tête, d’Eschylle

Écrire un sonnet à l’envers
C’est se mettre la tête en bas
Pour noter quelques petits vers

Sans frôler le coup de tabac.
Je suis un poète averti
Qui craint le docteur invertis.

Vous me direz : les masculines ?
C’est un fatras, c’est beaucoup trop !
Ce sont des clameurs de bistrot !
Je vous répondrai : féminines,

Elles sont de belles câlines
Dont le délice boléro
Ne se tiendra pas à carreau
Quand seront toutes orphelines.

Origines

Sonnet sur la tête est un jeu avec les règles du sonnet. Ce texte, écrit il y a quelques années, était lié à rencontre avec un dogue. Il s’agit d’un sonnet inversé. J’ai beau être un chat, ce n’est pas moi qui ai inventé cette forme. Elle consiste à inverser l’enchaînement des quatrains et des tercets.

Vous ne savez ce qu’est un sonnet ?

J’ai écrit un petit article à ce sujet, afin de présenter l’état actuel de mes connaissances et ce qui m’intéresse dans ce genre poétique.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *