Induction

Tour vue de mon toit, sur fond de ciel bleu en plein mois de juillet, quand le soleil est caresse chaude pour la peau.

Énergie du ciel

Induction de chair

L’amour est là, tout près, qui rêve.
Il suffit d’un regard croisé,
Du désir d’un tendre baiser,
Et dans le corps monte la sève.

À chaque fois, Adam voit Ève
Pour la première fois. Blasé
Il ne peut, sans vous apaiser,
Ô sens bouillonnants de son glaive.

C’est pourquoi le désir de chair
Quand il pénètre au fond de l’âme
Dans l’ourlet de cette bouche, air

Doux et bénin entre ses lèvres,
Provoque alors en lui des fièvres
Qui poussent à trousser la femme.

Chant

Champs magnétiques

J’ai beau être ou avoir été un chat magicien, je crois que tout le monde ou presque sait que chaque conscience développe et est entourée par un champ magnétique. En fonction des choix de cette consciences (choix conscients ou inconscients, d’ailleurs), ce magnétisme atteint ou n’atteint pas autrui.

Induction : définition

  • Transmission à distance d’énergie électrique ou magnétique par l’intermédiaire d’un aimant ou d’un courant
  • Déclenchement d’un phénomène dont la manifestation se produit avec un certain retard par rapport à l’intervention de la cause responsable

J’ai retenu ces deux définitions d’induction, que donne le Petit Robert 2013, parce qu’elles mettent en exergue cette notion de champ magnétique. Dans ma conception de la vie, cette approche est fondamentale.
Tu as des doutes, ami lecteur ? Je vais te donner une exemple très simple.
Un champ magnétique est un cercle d’ondes, je dirai d’énergie pour simplifier, qui entoure chaque individu, chaque conscience. Ne t’es-tu jamais demandé comment tu faisais, quand tu te promenais dans la rue, pour éviter (sauf exception agressive) avec un naturel époustouflant, tous tes congénères deux-pattes ? Grâce à ton énergie magnétique, à ces cercles invisibles qui t’entourent et qui te font, d’instinct, identifier et éviter tout étranger.
Chacun dispose ainsi de cercles qui l’entourent et le protègent et que ne peuvent pénétrer que de rares privilégiés.

Chant du désir

Parfois, le processus, de répulsif, devient attractif. Ce qui repoussait envoie des messages de séduction et d’appels vers un être qui, soudain, sans que l’émetteur sache précisément pourquoi, l’attire. Cette induction, cet allumage interne provoque chez cet autre une étincelle, une autre induction. Ainsi, d’induction en induction, les êtres s’allument les uns les autres.
Je serais apôtre, j’affirmerais que c’est ainsi que naissent les êtres de lumière : par induction.
Je ne le suis pas. Du moins, pas au sens où l’entendent les institutions religieuses.
C’est pourquoi j’ai écrit ce sonnet. Je voulais décrire ce phénomène naturel qui projette les êtres vivants les uns vers les autres, par induction, dans le cycle du désir.

Le désir deux-pattes

Si tu as parcouru mon Carnet de bord, tu as lu d’autres sonnets ou textes consacré à l’amour ou au désir chez les deux-pattes mâles. Mon premier sonnet audacieux paru ici décrivait une scène de désir induite par induction. Quelques mois plus tard, je me suis laissé aller à donner à lire un embrasement de ce désir mâle. Pour les femelles deux-pattes, l’induction entraîne plutôt de la tendresse ; mais est-ce si juste ? Je ne suis pas un expert. Je laisse donc la réponse en suspens.
Pour ma part, quelle que soit la forme choisie, elle est toujours, chez moi, tributaire du fond qui en est l’induction. Ressentir avant d’exprimer étant la base de mon fonctionnement en conscience, je privilégie l’organique en toutes circonstances.
Ce goût n’empêche pas la réflexion sur la forme. Si tu désires connaître mon approche du sonnet, ô lecteur, n’hésite pas et lis l’article que je lui ai consacré.
Émerveillé par la richesse littéraire que tu trouves en ce lieu virtuel, tu souhaites me soutenir dans mon effort quotidien, ô ami lecteur (et si tu es parvenu à ce point dans ta lecture, pour moi, tu es un ami), rends-toi sur la page don et feuilleton, elle t’apportera peut-être quelques réponses. Sinon, tes questions me seront précieuses.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

5 réponses à Induction

  1. Ping :De l'ombre à la lumière - Poésie - Le carnet de bord d'Eschylle

  2. Ping :Seize Novembre - Sonnet - Le carnet de bord d'Eschylle

  3. Ping :Le sonnet - Une approche - Le carnet de bord d'Eschylle

  4. Ping :Corps embrasé - Sonnet - Le carnet de bord d'Eschylle

  5. Ping :Corrosion - Sonnet - Le Carnet de bord d'Eschylle

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *