Vivre – Sonnet à rythme binaire

Vivre

Système
Trop court
C’est lourd
Je t’aime

Baptême
À jour
Je cours…
Phatème !

C’est dit
Je ris
Tu danses

Clameur
Intense
Je meurs.

Exercice de style

Je rajoute ces mots le 12 avril 2014, afin d’étoffer cet article consacré à un poème écrit dans le genre du sonnet, Vivre, qui a pour particularité de résumer la vie d’une passion, d’une relation entre deux êtres, en vers dissyllabiques. Je voulais raconter cette succession d’événements que traverse un amour avec la contrainte de vers les plus courts possibles et que l’ensemble soit un sonnet.
Ce texte aurait pu se nommer, non pas Vivre, mais Foudroyer le vivre… Je suis un optimiste résolu, même empreint d’un pessimisme latent.
Je ne saurai dire si j’ai réussi. Il n’y a que toi, ô lecteur, qui puisse donner valeur à cet écrit en le partageant, ou non, sur les réseaux sociaux de ton choix.
Je l’avais publié autrefois sur un forum poétique. Je l’ai retiré pour qu’il poursuive sa vie en ce lieu qui est mien désormais, ce lieu que j’ai nommé mon Urbain-Royaume-Libre.

Un exemple célèbre, de Jules de Rességuier :

Fort
Belle,
Elle
Dort ;

Sort
Frêle !
Quelle
Mort !

Rose
Close,
La

Brise
L’a
Prise.

Vivre, pour une rose, est un souffle de vent. Je ne développerai pas ici davantage : si tu souhaites en savoir plus, je t’invite à te reporter à mon article sur le sonnet.

Un exemple moins célèbre

Vivre commence tôt ; Léon Valade a écrit ce Monologue de l’amour maternel:

Qu’on
Change
Son
Lange!

Mange
Mon
Bon
Ange.

Trois
Mois
D’âge!

Sois
Sage:
Bois!

Cet autre poème monosyllabique prouve, s’il en était besoin, que le genre du sonnet, avec ses règles, peut s’appliquer dans un cadre particulièrement condensé. J’ai découvert celui-là par hasard sur la toile. Si tu possèdes des références plus précises à ce sujet, ami lecteur, je suis intéressé.

Autres sonnets

J’ai publié d’autres sonnets sur ce Carnet de bord qui abordent le vivre, le vécu, la vie. Je ne citerai ici que ceux que je qualifierais de maudits parce qu’ils évoquent des thèmes désagréables ou difficiles :

Je n’ai pas inclus Plaisir de chair dans le lot. Celui-ci semble rencontrer l’adhésion de tous ceux qui le lisent, comme s’il existait une mode, ou une attirance, pour les vampires.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Vivre – Sonnet à rythme binaire

  1. Ping :Chair et plaisir - Sonnet - Le carnet de bord d'Eschylle

  2. Ping :Le sonnet - Le carnet de bord d'Eschylle

  3. Tronchet Guy alias Chibani dit :

    Bonjour
    C’est beau
    Écrit
    Sublime

    Deux pieds
    Chez moi
    Sans rimes
    Estime.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *