Onde – Haïkus en écho

Haïkus de l’onde

Écume frangée
va-et-vient de l’onde en pleurs
craquements de roches

Dans l’obscurité
une goutte anime l’onde
jaillit la lumière

Une péninsule
rencontre de terre et d’eau
chant de l’océan

Miroir océan
reflets sur les ondes vertes
feu d’âtre liquide

Petit Port-Racine
dans un champ dort le poète
maison de granit

les mots sont la voie
portés par l’onde des sons
leur lueur éclaire

Chaque mot est vague
onde venue de la nuit
du cœur de notre âme

Vibration des mots
palpitations du cœur
source d’émotions

Un mot de deux-pattes
les ondes sont page blanche
dictionnaire ouvert

Jeux de mots en l’onde
propagation inconnue
mystère du sens

Ondes éphémères
la seconde est une note
le temps mélodie

Elve au gré du flux
main plongée en l’onde claire
brume sur les flots

Clinamen ici
l’onde s’étend alentour
l’humanité bouge

Toucher de la chair
onde transmise à l’espoir
cri d’enfantement

Deux-pattes qui voit
sent l’impalpable des choses
infinie seconde

Remarques

Définitions

L’onde est de l’eau en mouvement. L’océan est sans doute le plus représentatif en tant que masse d’eau qui se soulève et s’abaisse en se déplaçant ou en donnant l’illusion du déplacement.
L’onde est aussi propagation d’un mouvement ondulatoire.
(Ces définitions sont tirées du Petit Robert 2013).
Elle peut être souterraine ou invisible (et se révéler soudain). Elle peut être provoquée par un simple frôlement et déclencher un bouleversement intérieur. Elle peut voyager longtemps sans être perçue et resurgir quand on ne l’attendait plus.
Elle est cet instant où le caillou percute la surface lisse d’un étang et provoque une réaction en cercles concentriques. Elle est, comme je l’ai écrit quelque part, une tentative de définition, sinon de la poésie, du moins de ses effets.

Jacques Prévert

C’est ce poète que j’évoque dans ce « Petit Port-Racine ». L’onde provoquée par les mots creuse dans les consciences comme celle de l’océan dans la terre. Les mots d’un poète développent des vibrations qui se propagent à l’infini. Elles peuvent s’éloigner, mais elles reviendront sous forme élémentaire et balaieront les murs les plus solides.

Retour sur le haïku

Par son côté discret, évanescent, ainsi que je l’approchais dans mon article consacré à sa quête, le haïku est un propagateur d’ondes au cœur du lecteur.
Il est au cœur même de la poésie, par son exigence de concentration réalisée par l’athanor de la conscience. Pour ma part, parmi mes nombreuses productions, je saurai dans dix ans ce que je garde et ce que je rejette. Si une proportion de un sur dix résiste à ma relecture, je serai le plus heureux des chats.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

10 réponses à Onde – Haïkus en écho

  1. Eleusis dit :

    En cercles fendus
    navire dans un chenal
    bruissement de l’onde

    Secrète griffure
    l’onde en gouttes d’émotion
    féminin symbole

    • Eschylle dit :

      Long frémissement
      quand s’enfonce l’éperon
      dans l’onde alanguie

      Terre ! crie le mousse
      tous les regards s’émerveillent
      ils croient voir les Indes

  2. akila dit :

    Eshylle le chat, qui ronronne des mots doux, comme des ondes d’un océan.
    merci pour cet océan de douceur

  3. Agnès dit :

    « Ondes éphémères
    la seconde est une note
    le temps mélodie »

    Deux papillons d’eau
    La minute se reflète
    L’heure du ruisseau

    Merci Chat-charmant ! Tu me donnes des ailes sur le bout de ma plume et tu me fais virevolter avec la pelote des phrases !

    Cependant, je crains toujours le cafouillage de mes dix doigts qui sont de piètres comptables en matière de pieds…

    Logiques, ce ne sont pas avec ceux-là de ceux-ci que je t’écris !

    Bon début de nuit !

    • Eschylle dit :

      Ronronnements quand je te lis, Agnès !
      « Des ailes au bout de ta plume », tu me mets l’eau à la bouche ! Je ne saurais pas que tu es une deux-pattes, je feulerais.
      « Chat-charmant » me qualifie assez bien, je trouve… Toi, tu sais écrire aux chats.
      Tu m’apprends des choses sur la complexité de l’esprit deux-pattes, et des courts-circuits que peuvent produire les pieds sur les doigts.
      Je retourne digérer sur mon coussin.

  4. Skyforged dit :

    L’impression que me font ces vers est presque tactile.

  5. courtois dit :

    Il en restera nécessairement plus d’un, à la relecture..Cher Eschylle, toi qui nous entraîne au fil de l’onde…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *