Haïkus de mai

Haïkus du cinquième mois : mai

Ô, temps des cerises
autour de tes deux oreilles
deux gouttes de sang

Par dessus les toits
sous un ciel si bleu si calme
je viendrai vous voir

Après la chaleur
ce dimanche de caresses
sur les toits brûlants

Au flux de l’amour
pulsations du sang sucré
s’enrage le cœur

Chattes en chaleur
se remettent à l’abri
ciel de plomb couvert

Pollen jaune d’or
corolles écarquillées
douceur de printemps

L’offre de l’instant
caresse du vent qui passe
larme du désir

La pluie dégouline
cette odeur de café noir
printemps grisonnant

Grisaille la pluie
chape d’ombres sur nos têtes
printemps de novembre

Un doigt lumineux
printemps tout frigorifié
rayon de soleil

Gouttes de soleil
lumineuse est la saison
un peu trop humide

Tremblement de cœur
le soleil inonde tout
tout le corps bascule

Le cœur déchiré
parmi les fleurs en émoi
une peine va

Du mois de mai

Des informations sur la Toile

Je t’ai parlé, dans une publication précédente, ô lecteur deux-pattes, du premier mai et de son muguet traditionnel. Moi qui m’intéresse à tes coutumes, ami deux-pattes, voici ce qu’en dit Wikipédia : Ce mois est très apprécié par les Français pour son relatif grand nombre de jours fériés. Étant chat (siamois de surcroît), je te comprends : les jours fériés sont idéaux pour faire la sieste.
D’après le dicton Mai pluvieux, laboureur joyeux, les récoltes devraient être bonnes… parce que qu’est-ce qu’il a plu !
Il y a eu de beaux jours aussi, qui m’ont permis de rencontrer de somptueuses chattes de toutes origines, toutes élégantes et fières.

De l’histoire

En parcourant la Toile, en quête d’informations sur ce mois de mai, je ne trouve rien sur l’événement à l’origine de bien des divisions au sein des deux-pattes de France, ô lecteur qui passe par là.

Le temps des cerises
Une chanson a immortalisé ce fait survenu en mai 1871, Le Temps des cerises, chantée ici par Yves Montand :

Composée sous Napoléon III, avant la Commune de 1871, cette chanson, dont les paroles furent écrites par Jean-Baptiste Clément, est devenue la référence à l’une des taches de l’Histoire de France : la semaine sanglante.

La semaine sanglante

Pendant des mois, au cours du siège de Paris par l’armée prussienne, le peuple de Paris a souffert de la faim et du froid, et combattu dans des conditions épouvantables ; il s’est cotisé pour acheter des canons destinés à la défense de sa ville ; il s’est d’autant plus engagé que la république avait été proclamée le 4 septembre, après les années de dictature de Napoléon III (Je me fie à Victor Hugo pour affirmer cela ; les poètes voient). L’empereur (Napoléon-le-petit, tel que le nommait Hugo) avait été vaincu et emprisonné à Sedan.
En Mars, après l’armistice avec la Prusse devenue l’Allemagne, le gouvernement veut reprendre ses canons. Il provoque l’insurrection du 18 mars, où la troupe refuse de tirer sur ceux qui la logeaient et la nourrissaient (les habitants de Paris). La Commune est proclamée. Elle affirme : Est citoyen celui qui participe à la vie de la cité, quelles que soient ses origines. Elle rassemble ceux qui œuvrent pour l’égalité, la fraternité et la liberté.
Le gouvernement se réfugie à Versailles. Thiers négocie avec Bismarck pour que reviennent les soldats de province faits prisonniers lors de la déroute de 1870. Le siège de Paris recommence, entre français cette fois : Versailles d’un côté, Paris de l’autre.
Le dimanche 21 mai 1871, un parisien ouvre une poterne non gardée par laquelle s’engouffre l’armée versaillaise commandée par le maréchal de Mac-Mahon (le vaincu de Sedan).
S’ensuit une semaine de massacre des parisiens ayant combattu pour la Commune. Elle sera nommée « la semaine sanglante ». En ce mois de mai, du 21 au 28, environ dix mille mille parisiens sont tués par d’autres français, au combat, mais surtout lors de la répression, sous forme d’exécutions sommaires, parfois à la mitrailleuse « pour aller plus vite ». Le général Gallifet met en application les méthodes de « nettoyage » appliquées en Algérie.
Pour en savoir plus, ô ami lecteur, je te conseille cette lecture Wikipédia. Tu peux aussi lire Histoire de la Commune de 1871, de Pierre-Olivier Lissagaray, dans la Petite collection Maspero. Si tu aimes la fiction, je ne saurais trop te recommander Le Canon Fraternité, de Jean-Pierre Chabrol.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

5 réponses à Haïkus de mai

  1. Ping :Juin - Haïkus du solstice d'été - Carnet de bord d'Eschylle

  2. Gwenaelle dit :

    Mon mois de mai à moi c’était plutôt celui ci cette année :

    Ô rage et poing levé,
    Espoirs éveillés,
    Âm’our.

  3. courtois dit :

    Tes haïkus de mai soient à la fois tristes et pleins d’espoir..comme un tiraillement entre l’automne et l’été…
    Merci pour eux et aussi pour ce rappel historique..triste évènement..
    Caresses

    • Eschylle dit :

      Ronronnements pour les caresses.
      « Quand nous chanterons le temps des cerises » est une très belle chanson deux-pattes qui raconte un événement, fracture dans l’histoire de France deux-pattes et passée sous silence.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *