Haïkus d’avril

Haïkus du quatrième mois : avril

Nudité de l’aube
étreinte d’or du soleil
goutte de frissons

Azur revenu
fleurs déchirent leurs bourgeons
le printemps est là

Au bord du canal
pleurent les saules penchés
traces dans la boue

Fraîcheur du matin
les petits moineaux frissonnent
battements des ailes

Au creux de son cou
sous le soleil d’un printemps
une larme coule

Bourgeon chaussé nacre
l’avenir chemine enfant
douceur du printemps

Fleurs en tous les sens
couleur des mots déployés
bouquet de murmures

Souffle d’air douceur
la main du vent sur la peau
le printemps s’éveille

Sous le grand ciel bleu
se dessinent les ombrages
l’aube chasse l’eau

Soupir du printemps
une fragrance étourdit
les corps en émois

La sève s’écoule
le feuillu déploie ses branches
chantent les oiseaux

Silence de ciel
cri d’un corbeau colérique
la foudre s’abat

Un cri c’est le jour
voleter de fleur en fleur
souffle et c’est la nuit

De la météo

Je ne vais rien prévoir ici, sinon espérer le retour de cette lumière dorée qui nimbe chaque silhouette d’un halo de bonheur.
En avril, ne te découvre pas d’un fil énonce un dicton deux-pattes. Il est bon que la sagesse populaire soit confirmée par la nature… à moins que ce ne soit le contraire, en ce mois d’avril.

Considérations littéraires

Je poursuis ma promenade mois par mois au fil du haïku (à moins que ce ne soit le contraire, là encore). Avril est un mois que j’aime ne serait-ce que par son premier jour.
Le premier avril !
Je rêve à chaque fois qu’un deux-pattes m’accroche un poisson dans le dos, afin que je puisse me rouler en tous sens, sauter d’un côté à l’autre, bondir au sommet d’une armoire pour mieux en sauter, et ce dans l’unique but de détacher cette délicieuse plaisanterie. Ah, ami lecteur, si tu pouvais être celui qui m’offre ainsi un poisson par surprise, au moment où je ne l’attends plus, tu serais le phénix des hôtes de ce Carnet de bord. Tu recevrais d’ailleurs à cette occasion L’Eschyllien, dont le premier numéro va paraître ce dimanche 27 avril 2014.

Les mois précédents

Mes haïkus chantent chaque mois, depuis janvier , en passant par février et mars.
La bonne année a été souhaitée à chacun en quelques images.

Avril

Le film

Avril est le titre d’un film réalisé par Gérald Hustache-Mathieu et sortir à l’été 2006. Ce film avait particulièrement touché mon deux-pattes à l’époque. Sans doute parce qu’il est l’éveil aux sens et à la vie d’une jeune novice qui a toujours vécu dans un couvent sans rien connaître du monde extérieur. Il est même possible de regarder Avril en streaming.

La Belle vie

J’ai retrouvé récemment, en accompagnant mon deux-pattes au cinéma (oui, je sais être discret pour ne pas être repéré par les vigiles ou ouvreurs (cela dit, ce film était projeté dans une salle consacrée à la création d’œuvres confidentielles artistiques (car l’art, en France, en est là, aujourd’hui… mais ceci est un autre débat))) cette qualité dans l’art de filmer la sensualité, la profusion de la nature, dans le film de Jean Denizot, La belle vie. Si tu ne l’as vu, cours-y : tu seras enchanté. Crois-en un spécialiste.

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)
Taggé , , , , , , , , , , , , , , , , .Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 réponses à Haïkus d’avril

  1. Tronchet Guy alias Chibani dit :

    Canal du Midi
    fraiches allées de platanes
    au reflet dans l’eau

    Écluses charmantes
    plaisir pour les riverains
    sas en escalier

  2. Tronchet Guy alias Chibani dit :

    Au bord du canal
    pleurent les saules penchés
    petits ronds dans l’eau

    Bourgeons du matin
    éclairent l’aube naissante
    plus belle la vie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *