Haïkus de juillet

Haïkus du septième mois : juillet

En torrents de pluie
les éclairs déchirent l’aube
tonne la lumière

Le maïs se dresse
le temps coule entre les doigts
chante l’eau du ciel

Offrande en bouquet
s’épanouit la nature
gouttes d’arc-en-ciel

Halo de lumière
l’horizon se drape d’or
l’océan somnole

Saut pattes tendues
les graminées se déploient
l’horizon s’étire

Fleurs fragrance offerte
voie royale vers les champs
pleuviote l’été

Boulevard ocré
vaguelettes dans la baie
ombres de rochers

Regard de pétale
fleur aux pulpeux entrelacs
nénuphar diaphane

Douceur de l’instant
chaleur des mots dans l’espace
brille ligne rouge

Qui roule à vélo
quelle que soit la saison
agite deux pattes

Île de plein vent
courbes des arbres caresses
vagues d’embruns fous

Clairière fraîcheur
chantonne le flux doré
rayons dans les branches

Frondaison garance
doigts de lumière en corolle
mousse sur le tronc

Grondements d’orage
les éclairs strient l’aube blême
la cheminée pleure

Arc-en-ciel de terre
petites multicolores
campagne en été

Se pose une plume
partout gazouille l’été
un ange est passé

Larme dans le ciel
douce caresse en l’esprit
est-ce plume d’ange ?

Du mois de juillet

Dans le calendrier romain, le cinquième mois de l’année se nommait Quintilis. L’empereur Auguste a renommé ce cinquième mois Julius en l’honneur de Jules César. Et par la suite, Julius a donné Juillet… Les voies des deux-pattes sont impénétrables, disait Yoda-Chat…

Les vacances

Juillet est synonyme de vacances pour de nombreux deux-pattes. Pour certains, c’est le départ vers la montagne ou la mer, un ailleurs qui les change de leur quotidien. On dit, à ce sujet, les « juillettistes », pour nommer les vacanciers qui partent en juillet, et les « aoûtiens » pour ceux qui choisissent le mois d’août.

Les fêtes nationales

De nombreuses fêtes nationales, à travers le monde, sont fêtées en juillet :

  • Pour les deux-pattes français, le 14 juillet (qui commémore la prise de la Bastille, ce même jour de 1789) ;
  • Pour les algériens, la fête de l’indépendance, en 1962 ;
  • Pour ceux des États-Unis, en 1776 ;
  • Pour ceux d’Argentine, en 1816 ;
  • Pour ceux de Colombie, en 1811 ;
  • Et les deux-pattes canadiens, avec la création du Canada, en 1867.

Juillet 2014

Cette année, pour le chat (siamois de surcroît) que je suis, juillet a été chargé en pluie et en soleil. De violents orages ont frappé la terre et le toit sous (et parfois sur) lequel je vis.

Lire en été

Les vacances sont l’occasion de se plonger dans un bon roman. Le temps, ce sable qui coule entre les doigts, prend lui aussi du repos, et il est possible alors de le prendre en toute sérénité. Pour ma part, j’en profite pour faire de longues siestes sur mon toit préféré. Les souris, que je poursuis en temps ordinaire, s’étonnent, se rapprochent et contemplent mon corps étendu. Elles me narguent de loin dans un premier temps. Me voyant toujours immobile, elles me croient absorbé dans des rêves d’azur où les souris sont reines. Elles se rapprochent encore. Je ne bouge toujours pas et, même, je semble plonger dans un sommeil abyssal. Une part de moi-même exulte de ce repos mêlé à une attente délicieuse.
Mes petites chéries, enchantées de l’aubaine, se croient alors toutes-puissantes (puisque je ne bouge pas quand, les fois précédentes, je bondissais sur elles). Elles entament alors une danse… et, quand elles sont bien fatiguées, en quelques coups de pattes, j’en assomme quelques-unes que j’enferme dans mon garde-manger. J’aime jouer mais je déteste transpirer.

Le lecteur solidaire

Je te propose, toi qui as pris le temps de lire jusqu’ici, de devenir lecteur solidaire. Je pense, foi de matou, qu’il est le lecteur de l’avenir, ou alors… Tu peux lire l’article que j’ai consacré à ce sujet.

Le mot de passe

Ô lecteur, toi qui parcours d’un œil distrait ou attentif ces quelques lignes, je t’invite à recevoir ma newsletter « Écrire du rêve » : non seulement tu connaîtras ainsi le mot de passe, lequel te permettra d’accéder à mon feuilleton de L’Eschylliade (le récit de ma deuxième vie, tout de même !), mais tu réceptionneras aussi trois cadeaux littéraires et, last but not least, tu seras tenu au courant de mes publications…

En t'inscrivant, tu recevras :
Le mot de passe pour lire le feuilleton (les articles protégés) ;
Trois cadeaux littéraires surprises ;
chaque semaine, ma newsletter.


Taggé , , , , , , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

A propos Eschylle

Autant le dire tout de suite, je suis un chat. De surcroît, vous pouvez le constater, je m’exprime dans votre langue. Si j’avais miaulé, vous n’auriez rien compris. Ni même rien entendu puisque nous sommes dans le virtuel. Et l’écriture chat est un secret bien gardé.
J’apparais, sous la forme d’un siamois, à Paris en 1989 (28 06 1989), après avoir parcouru de nombreux plans d’existence. Je m’offre alors un deux-pattes fidèle et attentionné. Les péripéties de la vie me font découvrir qu’il n’est pas pourvu que de qualités, et tarde à écrire sous ma dictée. Je meurs et renais en 2006 (je vous rappelle que je suis un chat, il n’y a là rien que de très normal). Fin 2008, je prends mon deux-pattes en patte et commence à lui dicter mes souvenirs. Début 2011 est publié, sous son nom, mon premier roman, L’Arc de la lune. Les souris sont mon seul vice. Avec le chocolat. Oui, je sais, c'est inhabituel chez un chat. Je serai enchanté de répondre à toutes vos questions, quelles que soient vos origines (marsupiaux, félins, muridés (même les rats, j’adore les rats (surtout accompagnés de petits oignons, ou au naturel) !), ou même deux-pattes…)

2 réponses à Haïkus de juillet

  1. CHRISTIN Chantal dit :

    Bonsoir Cher Eschylle beau siamois ! fan de tes publications je suis ravie de faire partie du club des initié(e)s et de lire ton cahier de bord. je te souhaite d’EXCELLENTES VACANCES pleines de ronronnements , au plaisir de te lire. C

    • Eschylle dit :

      Ronronnements à ces mots doux qui me siéent. Que je sois beau est parfois un fardeau car nombreuses furent mes conquêtes lors de ma deuxième vie… au grand dam de mon mentor de l’époque. Je n’en dirai pas plus pour ne pas dévoiler la suite de L’Eschylliade.
      Vacances ? Je ne connais pas ce mot réservé aux deux-pattes.
      Je retourne à ma sieste (À moins qu’une souris ne l’interrompe).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.